Saint-Estèphe

Saint-Estèphe

L’AOC Saint-Estèphe située sur la rive gauche de Bordeaux, est rattachée au Médoc. Son vignoble s’étend sur 1 230 ha d’alluvions graveleuses qui reposent sur des calcaires ou des marnes à huitres. Il produit chaque 59 000 hl/an de vins rouges à partir des cépages rouges traditionnellement utilisés dans le bordelais.

L’appellation compte cinq crus classés dans le classement de 1855. La variété géologique et climatique de cette l’AOC donne à chaque vin unique un caractère unique. Le Château Montrose et le Clos d’Estournel, sont tous les deux second crus classés, et ont par exemple des terroirs contrastés. Le Cos d’Estournel est situé sur l’une des collines les plus élevée du Médoc, tandis que Montrose est très proche de la Gironde. Chacun des ces vins reflète son terroir.

Malgré ces contrastes, Saint-Estèphe produit chaque année des vins typiques. Ils sont caractérisés par leurs côtés charpentés, robustes et solides. La bouche est harmonieuse, puissante et fine, pour donner une finale pleine de distinction et de fraîcheur. En vieillissant, la bouche des Saint-Estèphe s'arrondit.

  • Trier par Taille

  • Trier par Prix

  • Calon Ségur Calon Ségur

    Calon Ségur

    De €140.00 - À €170.00
    Coup d'oeil
    Calon Ségur

    Calon Ségur

    €140.00

    Calon Ségur

    Ce premier vin du château Calon-Ségur, Troisième Cru de Saint-Estèphe, est élaboré à partir de vignes de plus de 40 ans qui occupent un terroir de grave caractéristique du Médoc. Seuls les meilleurs lots sont retenus dans sa composition, pour un assemblage de deux tiers de cabernet sauvignon, un cinquième de merlot et le reste en cabernet franc.

    Au chai, après des vendanges manuelles, la vinification est traditionnelle pour des élevages de 24 mois dans des barriques neuves jusqu'à 50 % selon le millésime.

    Il en résulte un Saint-Estèphe puissant et corsé, avec des notes de sous-bois, de fruits noirs et d'épices mais non sans finesse et race. C'est un vin à laisser reposer quelques années en cave, pour des gardes de plus de 20 ans. Le 2009 est aussi réussi que ne l'est ce millésime en général, qui plus est d'un très bon rapport qualité prix. 2010 est superbement défini et d'une droiture remarquable.

     

    Château Calon Ségur

    Le château Calon-Ségur se trouve dans le nord de l'appellation Saint-Estèphe. Il a été classé Troisième Grand Cru en 1855 et les 93 hectares de son domaine comprennent également les vignes du château Capbern-Gasqueton.

    Si Calon désigne la commune de Saint-Estèphe, Ségur vient du marquis Nicolas-Alexandre de Ségur, président du Parlement de Bordeaux au 18ème siècle et propriétaire des châteaux Lafite et Latour. Je fais du vin à Lafite et à Latour mais mon cœur est à Calon, aimait-il à dire. Avec un grand et simple cœur en son centre, l'étiquette des bouteilles est là pour en faire foi. A la fin du 19ème siècle, le domaine passe entre les mains de la famille Capbern-Gasqueton qui vient de revendre son bien à la compagnie Suravenir Assurances, une filiale du Crédit-Mutuel.

    L'encépagement est composé d'une moitié de cabernet sauvignon, d'un tiers de merlot, le reste étant du cabernet franc puis du petit verdot. A partir d'un terroir graveleux et vallonné, ce Troisième Cru classé élabore des vins considérés comme les plus puissants de Saint-Estèphe.

  • Cos d'Estournel Cos d'Estournel

    Cos d'Estournel

    De €135.00 - À €195.00
    Coup d'oeil
    Cos d'Estournel

    Cos d'Estournel

    €135.00

    Cos d’Estournel

    Les vendanges sont manuelles en cagettes. Après un tri exigeant, la vinification est conduite de façon parcellaire dans le nouveau chai gravitaire à l’aide de 72 cuves inox thermorégulées de 19 à 155 hl. L’ensemble des manipulations s’effectue sans aucun pompage et par gravité au moyen de 4 cuves-ascenseur de 100 hl. Seules les parcelles de plus de 20 ans sont utilisées pour le grand vin. L’élevage de 18 mois est conduit en barriques de chêne merrain (environ 80% neuves).

    L’assemblage fait appel principalement au Cabernet sauvignon (55 à 80% suivant les millésimes) avec un complément de Merlot et de petites quantités (au plus quelques %) de Cabernet franc et Petit Verdot.

    Deuxième cru, Cos montre souvent des qualités dignes des premiers, avec des prix en conséquence. A la puissance et à la solide charpente des Saint-Estèphe, il associe un fruit, une douceur et une élégance qui lui confèrent un charme exceptionnel. La qualité des dix dernières années a été d’une constance remarquable. On est en plus dans l’espoir de voir les nouvelles installations amener encore un surcroît de finesse et d’élégance ! Vin de très grande garde, il devra attendre une quinzaine d’années dans les grands millésimes mais pourra alors se conserver et se bonifier pendant plusieurs dizaines d’années, voire un siècle.

     

    Château Cos d’Estournel 

    Le vignoble de Cos s’étend aujourd’hui sur 91 hectares. Sur les graves maigres des sommets et sur les versants sud, les Cabernet Sauvignon (60% du vignoble) trouvent leurs sols d’élection. Sur les pentes est et sur les côtes où le socle calcaire de Saint-Estèphe affleure, les Merlots (40% du vignoble) excellent. Le pourcentage de Cabernet ou de Merlot dans chaque millésime varie bien sûr selon le climat de l’année qui favorise tour à tour l’un ou l’autre.

    Les vendanges sont manuelles. La vinification, très technique, bénéficie des moyens les plus avancés des installations de Michel Reybier à Saint-Estèphe. Après un tri exigeant et pré-macération à froid, la fermentation est conduite de façon parcellaire dans de petites cuves inox tronconiques à double paroi. L’élevage de 12 à 14 mois est conduit sur lies en barriques de chêne (50% neuves).

    Séduisant, le vin est gourmand et fruité tout en faisant preuve de profondeur et d’élégance. Très bien accueilli par la critique, l’avenir dira si ses qualités certaines lui permettent de s’imposer malgré son prix relativement élevé.

    http://estournel.com/cos/

  • Haut Marbuzet

    Haut Marbuzet

    €180.00
    Coup d'oeil
    Haut Marbuzet

    Haut Marbuzet

    €180.00

    Haut Marbuzet

    Château Haut-Marbuzet est, comme ses propriétaires, un vin à forte personnalité qui a su se hisser au plus haut niveau de son appellation, ceci tout en conservant un prix relativement attractif.

    Les raisins sont vendangés à la main, mûrs à très mûrs. La vinification est conduite dans des équipements volontairement traditionnels, cuves en béton ou en bois thermorégulées par échangeur. L’élevage se fait dans des barriques neuves à 100% pendant 18 mois. Un soin particulier est apporté au choix des barriques pour chaque millésime.

    Le nez est très marqué par le fruit mûr. En bouche, après une garde suffisante, le vin apparaît riche, intense, solide et velouté. L’utilisation de fruits mûrs, une macération plutôt longue et l’apport du bois permettent d’arrondir la solide structure des Saint-Estèphe et d’obtenir un vin charmeur et généreux. C’est en ce sens, un vin "moderne", facile à boire après quelques années tout en étant suffisamment charpenté.

     

    Château Haut Marbuzet

    Par achats successifs des anciennes propriétés issues du domaine Mac Carthy, Hervé Duboscq reconstitua un vignoble qui atteint maintenant 76 ha, vignoble admirablement situé à Marbuzet, dans la partie sud de la commune de Saint-Estèphe, à proximité de Cos d’Estournel. Son fils Henri assura progressivement, dans les années 70, la responsabilité de la propriété. Par sa personnalité hors du commun et ses choix audacieux en matière viticole et vinicole, il porta la renommée et la qualité de Haut-Marbuzet à un niveau jugé par beaucoup proche des plus grands crus de l’appellation (Haut-Marbuzet fut classé Cru Bourgeois Exceptionnel en 2003). Il fut notamment parmi les premiers à utiliser des barriques de bois neuf à 100%, insistant sur l’importance du choix de la nature du bois. Il est maintenant secondé dans la gestion par ses fils Bruno et Hugues.

    Les 76 ha de vignes sont plantés sur une croupe de graves sur sous-sol argilo-calcaire dominant la Gironde, avec un encépagement constitué de Cabernet sauvignon (50%), Merlot (40%) et Cabernet franc (10%). L’âge moyen des vignes est de 30 ans et la densité de 8 500 pieds à l’hectare. La culture se fait de façon traditionnelle avec un minimum d’ajouts chimiques.

    Outre le grand vin, le domaine produit un second vin (Château Mc Carthy) et vinifie aussi la production d’une autre propriété de la famille, le Château Chambert-Marbuzet, AOC Saint-Estèphe, classé Cru Bourgeois Supérieur en 2003.

     

     

     

     

    XXX
  • LAFON-ROCHET

    LAFON-ROCHET

    De €32.40 - À €43.20
    Coup d'oeil
    LAFON-ROCHET

    LAFON-ROCHET

    €32.40

    Lafon-Rochet

    Le grand vin est réalisé à partir des raisins issus des vignes de plus de 35 ans. Les vendanges sont réalisées manuellement à maturité maximum, avec double tri. Après pré-fermentation de 1 à 3 jours, la fermentation alcoolique est réalisée en cuves inox thermorégulées puis la fermentation malolactique conduite en barriques durant 2 à 3 mois. Après sélection des cuvées et  assemblage, l’élevage s’effectue en barriques (50 à 60% neuves) pendant 16 à 20 mois.

    Le vin possède la riche structure tannique des Saint-Estèphe qui lui confère un grand potentiel de garde mais nécessite pour l’apprécier de longues années d’attente dans la plupart des millésimes. A maturité, il associe de façon très agréable douceur charnue et solide charpente. Stimulé par la présence de ses très prestigieux voisins, disposant d’un terroir de grande valeur et des meilleurs  moyens techniques, Lafon-Rochet peut nourrir de grandes ambitions. Dès à présent, il attire les amateurs par sa grande régularité et son excellent rapport qualité/prix dans les grandes années.

     

    Château Lafon-Rochet

    Le domaine nait fin XVIIème début du XVIIIe lorsqu’Etienne de Lafon, parlementaire girondin, acquiert par mariage des terres situées au lieu-dit "La Rochette" à Saint Estèphe, terres qu’il fait planter de vignes. Le domaine restera dans la famille Lafon jusqu’en 1880. Déjà fort prisé à la fin du XVIIIe siècle, époque à laquelle il adopta le nom de Lafon-Rochet, le vin sera classé 4ème Grand Cru en 1855.

    Après avoir changé de mains 4 fois, le domaine est acquis en 1961 par Guy Tesseron, producteur de Cognac et époux de Nicole Cruse. Celui-ci replante et restructure la vigne et, la demeure ayant brûlée, la fait reconstruire sous la forme d'une chartreuse de style XVIIIème. En 1999, ses enfants, Michel Tesseron et Caroline Poniatowska reprennent la propriété. Cuviers et chai à barrique sont rénovés en 2000. En 2007, Basile Tesseron, fils de Michel, rejoint la direction du domaine.

    Situé au sud-ouest de l’appellation, mitoyen de Lafitte et Cos d’Estournel, le vignoble de 45 ha et d’un seul tenant s’étend sur une croupe présentant une grande variété de sols à dominante Graves sur sous-sol argilo-calcaire. On a pu les classer en 15 types, chaque type accueillant les cépages les plus adaptés. L’encépagement moyen est composé de Cabernet-sauvignon (55%), Merlot (40%) avec en complément Cabernet franc et Petit verdot. L’âge moyen des vignes est de 30 ans et la densité de plantation moyenne de 9.000 pieds/ha. Ces dernières années, une importance croissante a été portée à la viticulture : les insecticides sont bannis, un enherbement est pratiqué et les techniques mises au service de la qualité en maîtrisant les rendements. Le domaine produit un second vin "Les Pélerins de Lafon-Rochet".

    www.lafon-rochet.com
  • Montrose

    Montrose

    De €84.00 - À €169.90
    Coup d'oeil
    Montrose

    Montrose

    €84.00

    Montrose

    Les vendanges sont manuelles et conduites à maturité phénolique optimale. Le vin est vinifié en cuves inox thermorégulées dans un cuvier remis à neuf en 2000. L’élevage de durée moyenne 18 mois s’effectue en barriques de chêne français de plusieurs provenances (60% neuves, le reste en barriques d’un vin) avec soutirages tous les 3 mois. Le collage est effectué au blanc d’œuf frais.

    Le vin s’est presque toujours montré régulier dans l’excellence et s’est souvent situé au niveau des premiers crus. Il est à la fois dense, puissant, complexe et agrémenté d’une riche palette aromatique de fruits mûrs et d’épices. Avant tout Bordeaux classique, c’est un modèle d’équilibre et de finesse. Le cabernet sauvignon, très adapté ici au terroir, lui confère une riche et délicate structure tannique qui autorise une garde de plusieurs dizaines d’années, permettant ainsi de développer un exceptionnel bouquet pour l’heureux amateur qui aura pu l’attendre.

    L’arrivée de Jean-Bernard Delmas ne peut être que de bon augure pour le futur de ce très grand cru de Saint-Estèphe. La production annuelle moyenne est de l’ordre de 250.000 bouteilles. La commercialisation est entièrement faite par le négoce.

     

    Château Montrose

    C’est à cette époque que le château prend son nom actuel par référence aux couleurs de la colline au moment de la floraison. Succès rapide et remarquable, l’excellence du vin lui vaut d’être classé 2ème Grand Cru en 1855 ! Les enfants Dumoulin se séparent du domaine en 1861 au profit de Mathieu Dollfus qui consolide les efforts passés et y construit un véritable petit village modèle entièrement  tourné vers la production du vin. Les dégâts causés par le phylloxéra conduisent à de nouveaux changements.

    Le vignoble de 95 ha d’un seul tenant s’étend sur une colline de graves profondes sur sous-sol argilo-marneux et va jusqu’à la Gironde qui lui apporte un microclimat tempéré très favorable à la culture. Sur ce terroir bien orienté de grosses graves,  la maturation est à la fois précoce et de qualité.

    L’encépagement est constitué de Cabernet Sauvignon(65%), Merlot (30%), Cabernet franc (4%) et Petit verdot (1%). L’âge moyen des vignes est de 37 ans et la densité de plantation moyenne de 9.000 pieds/ha. La plus grande importance est attachée par Jean-Bernard Delmas à la vigne et à l’ensemble des travaux nécessaires pour produire un vin de qualité : travail du sol, replantage, densité des plants, éclaircissage et vendanges en vert.

    Outre le grand vin, le domaine produit à partir du millésime 1986 un second vin plus souple et de très grande qualité "La Dame de Montrose" pour environ 1/3 du volume total.

    www.chateau-montrose.com
  • Ormes de Pez Coup d'oeil
    Ormes de Pez

    Ormes de Pez

    €26.40

    Ormes de Pez

    Commençons par l'évolution de ce Cru Bourgeois. Au milieu de la première décennie du nouveau millénaire, le petit verdot a fait sa discrète apparition dans cette cuvée, pour compléter les 3 autres cépages dont les quantités varient selon le millésime. Aujourd'hui, on peut parler d'une grosse moitié de cabernet sauvignon, un bon tiers de merlot et le reste entre le cabernet franc et le petit verdot, ce dernier ne dépassant jamais les 2%.

    Les terroirs sont ceux de Saint-Estèphe, à savoir des graves caillouteuses sur un socle calcaire. Après des vendanges manuelles et une vinification bordelaise et très extractive, l'élevage se déroule dans des fûts de chêne avec une proportion de bois neuf qui varie d'un millésime à l'autre.

    Vous trouverez dans ce vin de la volupté, des épices, de l'ampleur, une grande complexité aromatique, des tanins charnus et une très belle aptitude à la garde, de plus de 10 ans. Le 2009 et le 2010 méritent votre attention, le premier pour sa suavité, le second pour sa densité.

     

    Château Ormes de Pez

    Le château les Ormes de Pez se trouve dans le nord de l'appellation Saint-Estèphe, à proximité immédiate du hameau de Pez. Ce domaine appartient au paysage viticole du Médoc depuis le 18ème siècle. En 1940, Jean-Charles Cazes en devient l'acquéreur en même temps que le château Lynch-Bages, un Cinquième Cru à Pauillac. Depuis, les 35 hectares de ce château sont dans la famille Cazes qui a si bien œuvré que le premier vin des Ormes de Pez est aujourd'hui un Cru Bourgeois, dénomination qui a beaucoup évolué pour devenir un label qualitatif très exigeant, que l'on décerne à une cuvée et non à un domaine.

    Le terroir est typique du Médoc, avec des graves argilo-sableuses. L'encépagement se partage entre les 4 cépages bordelais – cabernet sauvignon, merlot, cabernet franc et petit verdot par ordre d'importance – avec des vignes plantées en forte densité à 9 000 pieds/ha, pour un rendement de 40 hl/ha.

    A la vigne comme au chai, la même philosophie qu'à Lynch-Bages prévaut, car c'est la même équipe qui officie ici, une équipe qui considère que le vin est un art de vivre autant qu'une boisson. On notera également la présence de chambres d'hôtes de qualité dans cette belle chartreuse du 18e siècle.

    www.ormesdepez.com
  • Pagodes de Cos

    Pagodes de Cos

    De €38.10 - À €300.00
    Coup d'oeil
    Pagodes de Cos

    Pagodes de Cos

    €38.10

    Les Pagodes de Cos

    Les Pagodes de Cos sont, stricto sensu, le «Deuxième Vin» de Cos d’Estournel. Les vignes qui le produisent donneront dans quelques années le « Grand Vin » du Grand Cru Classé de 1855. Elles appartiennent au même terroir et reçoivent les mêmes soins.

    Elles sont simplement plus jeunes et leurs racines s’enfoncent moins profondément dans le sol de graves. Puissant, très aromatique, long en bouche, avec une finale très persistante, « Les Pagodes de Cos » est un vin de raffinement et de plaisir, à déguster dans les dix ans qui suivent sa mise en bouteilles au château.

     

    Château Cos d’Estournel 

    Le vignoble de Cos s’étend aujourd’hui sur 91 hectares. Sur les graves maigres des sommets et sur les versants sud, les Cabernet Sauvignon (60% du vignoble) trouvent leurs sols d’élection. Sur les pentes est et sur les côtes où le socle calcaire de Saint-Estèphe affleure, les Merlots (40% du vignoble) excellent. Le pourcentage de Cabernet ou de Merlot dans chaque millésime varie bien sûr selon le climat de l’année qui favorise tour à tour l’un ou l’autre.

    Les vendanges sont manuelles. La vinification, très technique, bénéficie des moyens les plus avancés des installations de Michel Reybier à Saint-Estèphe. Après un tri exigeant et pré-macération à froid, la fermentation est conduite de façon parcellaire dans de petites cuves inox tronconiques à double paroi. L’élevage de 12 à 14 mois est conduit sur lies en barriques de chêne (50% neuves).

    Séduisant, le vin est gourmand et fruité tout en faisant preuve de profondeur et d’élégance. Très bien accueilli par la critique, l’avenir dira si ses qualités certaines lui permettent de s’imposer malgré son prix relativement élevé.

    http://estournel.com/cos

  • Pélerins de Lafon-Rochet Coup d'oeil
    Pélerins de Lafon-Rochet

    Pélerins de Lafon-Rochet

    €20.40

    Les Pélerins de Lafon-Rochet

    Second vin de Lafon-Rochet, il est issu principalement des vignes les plus jeunes, de 10 à 30 ans. Les vendanges sont réalisées manuellement à maturité maximum, avec double tri. Après pré-fermentation de 1 à 3 jours, la fermentation alcoolique est réalisée en cuves inox thermorégulées puis la fermentation malolactique conduite en barriques durant 2 à 3 mois. Après assemblage, l’élevage s’effectue en barriques pendant environ 14 mois. Fait avec le même souci de qualité, le vin présente beaucoup des caractéristiques du grand vin mais, sans la même densité ni la même richesse, c’est un vin plus frais et plus accessible dans les premières années. La production annuelle est en moyenne de 80.000 bouteilles. La commercialisation se fait entièrement par le négoce.

     

    Château Lafon-Rochet

    Le domaine nait fin XVIIème début du XVIIIe lorsqu’Etienne de Lafon, parlementaire girondin, acquiert par mariage des terres situées au lieu-dit "La Rochette" à Saint Estèphe, terres qu’il fait planter de vignes. Le domaine restera dans la famille Lafon jusqu’en 1880. Déjà fort prisé à la fin du XVIIIe siècle, époque à laquelle il adopta le nom de Lafon-Rochet, le vin sera classé 4ème Grand Cru en 1855.

    Après avoir changé de mains 4 fois, le domaine est acquis en 1961 par Guy Tesseron, producteur de Cognac et époux de Nicole Cruse. Celui-ci replante et restructure la vigne et, la demeure ayant brûlée, la fait reconstruire sous la forme d'une chartreuse de style XVIIIème. En 1999, ses enfants, Michel Tesseron et Caroline Poniatowska reprennent la propriété. Cuviers et chai à barrique sont rénovés en 2000. En 2007, Basile Tesseron, fils de Michel, rejoint la direction du domaine.

    Situé au sud-ouest de l’appellation, mitoyen de Lafitte et Cos d’Estournel, le vignoble de 45 ha et d’un seul tenant s’étend sur une croupe présentant une grande variété de sols à dominante Graves sur sous-sol argilo-calcaire. On a pu les classer en 15 types, chaque type accueillant les cépages les plus adaptés. L’encépagement moyen est composé de Cabernet-sauvignon (55%), Merlot (40%) avec en complément Cabernet franc et Petit verdot. L’âge moyen des vignes est de 30 ans et la densité de plantation moyenne de 9.000 pieds/ha. Ces dernières années, une importance croissante a été portée à la viticulture : les insecticides sont bannis, un enherbement est pratiqué et les techniques mises au service de la qualité en maîtrisant les rendements. Le domaine produit un second vin "Les Pélerins de Lafon-Rochet".

    www.lafon-rochet.com
  • Petit Bocq

    Petit Bocq

    €120.00
    Coup d'oeil
    Petit Bocq

    Petit Bocq

    €120.00

    Petit Bocq

    Les 18 hectares de vignes du château Petit Bocq qui donnent naissance à ce Saint-Estèphe sont éclatés sur environ 80 parcelles différentes qui représentent tous les sols de l'appellation, avec environ 3 quarts d'alluvions graveleuses et un quart d'alluvions plus calcaires. Les vignes, d'une quarantaine d'années et cultivées en lutte raisonnée, se composent de 3 cépages, avec une moitié de merlot, 49% de cabernet sauvignon et 1% de cabernet franc.

    Après des vendanges manuelles, la vinification est traditionnelle, avec des cuves inox pour les fermentations et des barriques de chêne pour les 12 mois d'élevage. La proportion de bois neuf varie entre 30 et 50% selon le millésime, avec une micro oxygénation pour favoriser l'expression des arômes.

    Vous trouverez dans ce Cru Bourgeois Petit Bocq des fruits frais soulignés par une structure tannique serrée dans sa jeunesse, un bel équilibre des saveurs dans la force de l'âge et, à maturité, des fragrances de sous-bois et de cuir.

     

    Château Petit Bocq

    Rien ne laissait prévoir qu'un jour notre famille, originaire de Belgique, devienne agricultrice : voici les premiers mots que l'on peut lire sur la présentation internet des propriétaires du château Petit Bocq, le couple Lagneaux, qui en a fait l'acquisition en 1993. Ils sont littéralement tombés amoureux d'une région entre fleuve et mer, où l'odeur des sarments que l'on brûle après la taille charme les narines.

    Les débuts ne furent pas faciles, avec la sourde opposition de certains locaux qui virent d'un mauvais œil l'arrivée de ces jeunes belges. En 2003, récompense d'une décennie d'efforts et d'abnégation, le domaine est classé en Cru Bourgeois.

    Aujourd'hui, les vignes couvrent 18 hectares répartis en 80 parcelles sur tout Saint-Estèphe, avec tous les sols de l'appellation et une dominante d'alluvions. 3 cépages sont à l'honneur, avec une moitié de merlot, 49% de cabernet sauvignon et à peine 1% de cabernet franc, pour un vignoble en lutte raisonnée. Au chai, chaque lot est vinifié et élevé séparément avant un assemblage qui permet de donner naissance à l'esprit Petit Bocq.

    Depuis 2008, les Lagneaux exploitent aussi un petit vignoble de Saint-Estèphe, le château Bellevue, également retenu par Bernard Burtschy.

    http://www.chateaupetitbocq.com

  • Phélan Ségur Coup d'oeil
    Phélan Ségur

    Phélan Ségur

    €28.80

    Phélan Ségur

    Pour élaborer son premier vin, le château Phélan-Ségur dispose de 70 hectares de vignes dans l'appellation Saint-Estèphe, avec pour cette cuvée une grosse moitié de cabernet sauvignon et une petite moitié de merlot. Les ceps ont un âge moyen de 25 ans en 2010 et occupent un sol composé de graves argileuses typiques du Médoc sur un soubassement calcaire.

    La récolte est manuelle avec un double tri, à la vigne et au chai, pour ne vinifier que des fruits sains et mûrs. Après des fermentations en cuves inox thermorégulées, les 14 à 18 mois d'élevage se déroulent dans des barriques de chêne français comptant entre 50 et 60 % de bois neuf.

    Ainsi voit le jour un vin généreux, fruité, ample, concentré et marqué par son élevage. Les grands millésimes pourront se garder plus de 10 ans en cave. 2009 est une vraie réussite avec sa longueur et sa souplesse. On retiendra aussi la densité du 2010 et la matière du 2011 qui parle en faveur d'une belle évolution.

     

    Château Phélan Ségur

    A l'origine de ce domaine, il y a un irlandais, Bernard Phelan, ami de Hugh Barton qui est à l'origine de Léoville Barton. Bernard Phelan commence par épouser la fille d'un négociant de la place bordelaise avant d'acquérir 2 domaines au début du 19ème siècle, dont sera issu le château Phélan-Ségur. Ils font d'ailleurs construire, au milieu du siècle, un bâtiment qui mélange habitations et chai, allant ainsi à l'encontre des usages. Aujourd'hui, le domaine est la propriété de Xavier Gardinier qui le dirige avec ses fils Thierry, Stéphane et Laurent.

    Le vignoble, conduit selon les principes de la lutte raisonnée, couvre près de 70 hectares et fait la part belle au merlot et au cabernet sauvignon, avec à leurs côtés un peu de cabernet franc et encore moins de petit verdot.

    Au chai, vous trouverez de l'inox et du chêne, neuf comme vieux, pour s'adapter aux millésimes et aux différents vins. Michel Rolland, que l'on ne présente plus, conseille le domaine. 

    www.phelansegur.com

Inscrivez - vous