Pauillac

Pauillac

L’AOC Pauillac est située sur la rive gauche de la Gironde et réunit des conditions climatiques et géologiques exceptionnelles, ce qui lui permet de produire de très grands vins. Capitale du Médoc viticole, la ville portuaire de Pauillac a donné son nom à l’appellation. L’AOC peut se vanter d’avoir trois vins dans les cinq premiers grands crus classés de 1855 : Lafite Rothschild, Latour et Mouton Rothschild. Sur ses 1 200 ha de vignes, Pauillac produit chaque année 54 000 hl de vins rouges. A noter que Mouton-Rothschild produit également un vin blanc.

Pauillac est un joyau du Médoc, elle compte en effet 18 crus classés qui représentent 85% de sa production. Juché sur une belle croupe de graves, son terroir est planté de cabernet-sauvignon assemblé au merlot et dans une moindre mesure au petit verdot et au malbec. Les experts s’accordent à dire que le cabernet-sauvignon a ici trouvé son terroir de prédilection.

La bouche des Pauillac est ample, riche, onctueuse, soulignée par une fine trame de tannins serrés et corsés. Le vieillissement de ces vins est exceptionnel : ils ont un grand potentiel de garde, de 15 à 25 ans voir plus pour certains grands crus. Avec les années, les tannins s’arrondissent et les arômes s’ouvrent. Ils perdent ainsi leur agressivité pour devenir fins et délicats, tout en conservant leur puissance.

  • Trier par Taille

  • Trier par Prix

  • Armailhac Armailhac

    Armailhac

    De €46.20 - À €85.00
    Coup d'oeil
    Armailhac

    Armailhac

    €46.20

    Armailhac

    Les vendanges sont manuelles en cagettes. Les vinifications sont effectuées dans des cuves inox avec une durée totale de cuvaison de 15 à 20 jours. L’assemblage fait appel à des proportions variables suivant les millésimes, avec une proportion de Cabernet sauvignon supérieure en général à celle de l’encépagement (60%). L’élevage de 15 à 16 mois est conduit en barriques de chêne (25% neuves).

    Grand cru classé un peu méconnu, subtil, fin et complexe, le vin de qualité soutenue et en progrès régulier mérite l’attention. Son étiquette est illustrée par la reproduction d’un petit Bacchus en verre filé du XVIIIème partie de la collection privée du Musée du Vin dans l’Art du château Mouton-Rothschild.

    La production annuelle avoisine 200.000 bouteilles commercialisées par l’intermédiaire de la Société Baron Philippe de Rothschild.

     

    Château Armailhac

    Son nouveau voisin à Mouton, le Baron Philippe de Rothschild, se porte acquéreur, satisfait de pouvoir mieux développer son château et ses installations. Il change alors le nom du cru en "Mouton-Baron-Philippe" (il prendra pour quelques années le nom de "Mouton-Baronne-Philippe" à la fin des années 70). Vignoble et chais nécessitent alors un très gros effort de restructuration qui sera entrepris mais stoppé par la guerre. Ce n’est qu’en 1968 que le cuvier et les chais sont reconstruits. Le vignoble replanté est ramené à sa taille actuelle de 50 ha. Certaines installations sont mises en commun avec Mouton-Rothschild mais le Baron Philippe, désireux de ne prendre aucun risque avec la réputation de son candidat 1er cru, n’ira pas au-delà pour intégrer les 2 domaines. Suite au décès du Baron Philippe en 1988, sa fille la Baronne Philippine et ses enfants ont en charge du domaine. Elle décide en 1991, par souci de simplification et pour éviter les confusions avec le 1er cru, de renommer le château "Château d’Armailhac" écrit sans le q final. La direction générale et technique est assurée depuis 2004 par Philippe Dhallui qui bénéficie des conseils de Jacques et Eric Boissenot, les célèbres œnologues du Médoc.

    Disposé autour d’un superbe parc, le vignoble de 50 ha s’étend au nord-ouest immédiat de Pauillac sur 3 zones :

    - Un plateau de graves légères et profondes dans le prolongement du plateau des fameuses "Carruades de Lafite" (26 ha)

    - Un plateau de graves sur sous-sol calcaire (plateau de Pibran) (19 ha)

    - Une croupe de graves légères et profondes (5 ha).

    L’encépagement est constitué de Cabernet sauvignon (53%), de Merlot (34%), de Cabernet franc (11%) et de Petit verdot (2%). L’âge moyen des vignes est de 43 ans et la densité de plantation de 10.000 pieds/ha. Les cultures sont conduites de façon traditionnelle et menées avec le plus grand soin et une surveillance constante.

    http://www.bpdr.com

  • Clerc Milon Clerc Milon

    Clerc Milon

    De €84.00 - À €100.00
    Coup d'oeil
    Clerc Milon

    Clerc Milon

    €84.00

    Clerc Milon

    Les vendanges sont manuelles en cagettes. Les vinifications sont effectuées dans des cuves inox thermorégulées avec une durée totale de cuvaison de 15 à 22 jours. L’élevage de 16 à 18 mois est conduit en barriques de chêne (30% neuves).

    Grand Cru Classé encore largement sous-évalué par beaucoup, il a grandement bénéficié de la reprise en main des équipes de Rothschild et des importants investissements réalisés à partir de 1970. Le vin est depuis plus d’une dizaine d’années d’une grande régularité. Complexe et profond, d’une grande finesse, il est marqué par un agréable fruité hérité des Merlot. Le vin est à suivre avec attention suite aux importants investissements techniques réalisés en 2011.

    L’étiquette est illustrée par la reproduction d’un couple de bouffons dansants en pierre précieuse, œuvre du XVIème siècle, partie de la collection privée du "Musée du Vin dans l’Art" du château Mouton-Rothschild.

     

    Château Clerc Milon

    L’histoire du domaine commence avec Jean-Baptiste Clerc qui développe au début du XIXème siècle un vignoble à proximité du village de Milon, au nord-ouest de Pauillac, non loin de Lafite. Il est récompensé en 1855 lorsque son vin se voit classés 5ème cru. Le domaine connaît ensuite un grand nombre de propriétaires et tombe pratiquement à l’abandon lorsqu’il est revendu en 1970 par ses héritiers au Baron Philippe de Rothschild. Des investissements importants sont alors réalisés avec la reconstruction du cuvier et des chais ainsi que la rénovation du vignoble.

    La direction générale et technique est assurée depuis 2004 par Philippe Dhalluin, œnologue. Suite au décès de la Baronne Philippine, ses enfants ont en charge le domaine. L’ensemble des installations sont restructurées en 2011 avec un nouveau cuvier équipé de 40 cuves inox thermorégulées, un chai semi-enterré et de nouvelles salles de dégustation et de réception. La circulation des fluides est entièrement gravitaire jusqu’aux barriques.

    Le vignoble de 41 ha est situé sur 2 zones à proximité immédiate de Pauillac, à Milon au nord-ouest et à Mousset au nord, entre les domaines de Lafite et Mouton. Divisé en une centaine de parcelles, il s’étend sur des sols de graves et de sable avec des parties argileuses en allant vers la Gironde. L’encépagement est constitué de Cabernet sauvignon (49%), de Merlot (37%), de Cabernet franc (11%), de Petit verdot (2%) et de Carmenère (1%).

    L’âge moyen des vignes est de 52 ans et la densité de plantation de 10.000 pieds/ha. Les cultures sont conduites de façon traditionnelle et menées avec le plus grand soin et une surveillance constante.

    www.chateau-clerc-milon.com/

  • Echo de Lynch-Bages Echo de Lynch-Bages

    Echo de Lynch-Bages

    De €36.00 - À €41.00
    Coup d'oeil
    Echo de Lynch-Bages

    Echo de Lynch-Bages

    €36.00

    Echo de Lynch-Bages

    Elaboré pour la première fois en 1976 sous le nom de Château Haut-Bages Averous, ce second vin a changé de nom pour devenir, en 2008, l'Echo de Lynch-Bages. Ce changement de nom sert à bien mettre en évidence la filiation entre cette bouteille et le premier vin du domaine, celle-là étant un écho de celui-ci.

    Vinification et élevage sont les mêmes pour les deux vins de ce château classé Cinquième Cru Pauillac, avec des cuves inox pour le premier et des barriques d'un vin pour le second.

    Echo de Lynch-Bages, composé de 50 à 60% de cabernet sauvignon, 25 à 30% de merlot et de 15 à 20 % de cabernet franc, est un vin tout en rondeur et souplesse, avec des tanins fins, un boisé léger, une texture soyeuse et une agréable complexité. Une belle introduction à l'appellation Pauillac.

     

    Château Lynch-Bages

    Situé aux portes de Pauillac, à quelques centaines de mètres de la commune, le château Lynch-Bages tire son nom du vieux hameau de Bages où vécurent des générations de vignerons. Au milieu du 18ème siècle, la famille Lynch devient maîtresse des lieux et prolonge les efforts des anciens propriétaires, qui ont haussé la qualité des vins au fil des millésimes. Aujourd'hui et depuis les années 1930, le château est dirigé par la famille Cazes, avec actuellement Sylvie et Jean-Charles Cazes aux manettes.

    Les 100 hectares de vignes se trouvent sur un terroir magnifique qui résume le meilleur du Médoc : des croupes de graves garonnaises bien drainées et bien exposées. L'encépagement est le fruit de la compréhension intime qu'ont les propriétaires de leurs vignes. Il est aujourd'hui composé à 75% de cabernet sauvignon, à 17% de merlot, à 6% de cabernet franc et à 2% de petit verdot. L'âge moyen des vignes est d'environ 30 ans en 2010, les plus anciennes ayant plus de 60 ans.

    Une philosophie qui guide les gestes, aussi bien à la vigne qu'au chai ? Elle tient en quelques mots : le vin est un art de vivre autant qu'une boisson. Ainsi vinifient les Cazes depuis des années, dans une démarche d'excellence.

    www.lynchbages.com
  • Grand Puy Lacoste

    Grand Puy Lacoste

    De €48.00 - À €100.00
    Coup d'oeil
    Grand Puy Lacoste

    Grand Puy Lacoste

    €48.00

    Grand Puy Lacoste 

    Les vendanges sont manuelles avec double tri. Après égrappage, les vinifications sont conduites en cuves inox thermorégulées avec cuvaison d’une vingtaine de jours. Le vin est élevé de 18 à 20 mois en barriques de chêne. La proportion de barriques neuves, de 70% en 2009, est adaptée au millésime. Pauillac des plus classiques et des plus réputés, le vin est, année après année, d’une grande qualité.  De couleur intense, il est marqué par un fruit expressif et par une structure tannique remarquable qui lui confère à la fois puissance et élégant velouté. Vin de grande garde, il devra attendre une dizaine d’années mais pourra se conserver près de 30 ans dans les grands millésimes. La production annuelle moyenne est d’environ 220.000 bouteilles. La commercialisation est faite par le négoce de la place de Bordeaux.

     

    Château Grand Puy Lacoste

    Le vin confirme sa réputation en 1855, étant alors classé officiellement 5ème cru du Médoc. Le domaine connaît ensuite les vicissitudes qui affecteront la plupart des crus (maladies de la vigne, guerres et crises économiques). Elles se traduisent par plusieurs changements de propriétaires et une diminution importante de la taille du vignoble qui passe de 55 ha à son apogée à 25 ha en 1970. Raymond Dupin, notable bordelais, cède 50% des parts en 1978 à Jean-Eugène Borie, déjà propriétaire de Ducru-Beaucaillou, descendant d’Eugène Borie, important négociant Corrézien.

    La totalité du domaine revient aux Borie à la mort de Raymond Dupin en 1980. François-Xavier Borie, fils de Jean-Eugène, prend peu après la direction de la propriété dont il hérite en 1998 à la mort de son père, son frère Bruno prenant alors celle de Ducru-Beaucaillou. Dès les années 1980, une très importante reprise en main du domaineest opérée tant à la vigne qu’aux chais qui sont agrandis et au cuvier qui est équipé de cuves inox thermorégulées. Jacques et Eric Boissenot sont les œnologue-conseils.

    Le vignoble de 55 ha, situé à la hauteur de Bages au sud-ouest immédiat de Pauillac, s’étend sur une croupe graveleuse assurant un bon drainage et une excellente exposition. L’encépagement est constitué de cabernet-sauvignon (75%), de merlot (20%) et de cabernet franc (5%). L’âge moyen des vignes est de 40 ans et la densité de plantation de 10.000 pieds/ha. Les vignes sont cultivées de façon traditionnelle, avec labourage et recours minimal aux produits phytosanitaires, taille en guyot double, effeuillage et vendanges en vert. Le domaine produit un second vin "Lacoste-Borie".

    www.chateau-grand-puy-lacoste.com
  • Haut-Batailley Coup d'oeil
    Haut-Batailley

    Haut-Batailley

    €36.00

    Haut-Batailley

    Les vendanges sont manuelles avec tri au chai. Les vinifications bénéficient depuis 2009 des nouvelles installations au cuvier et au chai. Elles sont conduites en cuves inox thermorégulées avec cuvaison d’une vingtaine de jours. Le vin est élevé de 14 à 20 mois en barriques de chêne (environ 50% neuves). Souple et agréable, le vin, d’allure très classique, présente en général une corpulence moyenne et montre beaucoup de finesse. En ce sens, il se rapproche des Saint-Julien. Son prix relativement modéré peut le rendre particulièrement attractif dans les bons millésimes. La production annuelle moyenne est d’environ 100.000 bouteilles. La commercialisation est faite par le négoce de la place de Bordeaux.

     

    Château Haut-Batailley

    L’origine du nom du domaine est incertaine. La possibilité la plus couramment évoquée serait que Batailley dérive de "bataille" en souvenir des combats qui se seraient déroulés sur le domaine à la fin de la guerre de cent ans. La présence d’une propriété viticole est attestée à la fin du XVIIIe siècle. Daniel Guestier, fondateur de la grande maison de négoce "Barton et Guestier", fait l’acquisition du domaine en 1816. Il y consacre d’importants moyens, étend le vignoble, rénove les chais et le château et, améliorant la qualité du vin, lui permet d’être classé 5ème grand cru en 1855.

    Ses héritiers vendent le domaine en 1866 au banquier Constant Halphen dont les descendants confieront la gestion aux frères Francis et Marcel Borie, négociants originaires de Corrèze. Ceux-ci rachètent Batailley en 1932 et, réorganisant leurs importants avoirs en 1939, le divisent en deux parties : la plus petite devient Haut-Batailley et revient à Francis Borie, l’autre, comprenant le château, garde le nom Batailley et passe à Marcel Borie. Francis Borie agrandit Haut-Batailley lorsqu’il acquiert Duhart-Milon en 1951. A sa mort en 1953, le domaine passe aux mains de sa fille Françoise de Brest-Borie. Il est administré par son frère Jean-Eugène Borie, puis, après son décès en 1998, par son fils François-Xavier.

    Une rénovation totale des installations, avec la reconstruction du cuvier et des chais, a été réalisée en 2009 et doit permettre une nouvelle progression de Haut-Batailley. Situé à l’extrémité sud-ouest de l’appellation, à quelques kms de Pauillac, le vignoble de 22 ha s’étend sur des sols de grosses et profondes graves garonnaises.L’encépagement est constitué de cabernet-sauvignon (70%), merlot (25%) et cabernet franc (5%). L’âge moyen des vignes est de 30 ans et la densité de plantation de 10.000 pieds/ha. Les vignes sont cultivées de façon traditionnelle, avec labourage et recours minimal aux produits phytosanitaires, taille en guyot double, effeuillage et vendanges en vert. Le domaine produit un second vin "La Tour d’Aspic".

    http://haut-batailley.com

  • Latour

    Latour

    €1,200.00
    Coup d'oeil
    Latour

    Latour

    €1,200.00

    Latour

    Ce vin, l'un des plus recherchés et des plus réputés dans le monde à l'heure actuelle, est produit à partir des meilleures vignes de l'Enclos, l'incomparable terroir historique autour du château Latour. En ce lieu qui domine l'estuaire de la Gironde d'une quinzaine de mètres, le sol est composé des célèbres croupes graveleuses des grandes appellations du Médoc, et le sous-sol est argileux en profondeur.

    Jusqu'à 4 cépages peuvent entrer dans la composition de ce fleuron de Pauillac, avec toujours une domination très forte de 90% de cabernet sauvignon, auxquels s'ajoutent 10% de merlot et, selon les millésimes, des traces de cabernet franc et de petit verdot.

    Les vendanges sont manuelles et la vinification, parcellaire et extractive, se déroule dans des cuves inox avant un élevage dans des barriques neuves en chêne des forêts de l'Allier et de la Nièvre.

    Ainsi voit le jour un grand vin, si riche que l'on pourrait disserter des heures durant sur ses innombrables qualités. Cependant, trois mots reviennent souvent pour le résumer : profondeur, élégance et concentration. Les gardes se comptent en décennie, et ce n'est pas la sélection de L'Avis du Vin qui le contredira, avec 1960 comme année la plus éloignée, et de nombreux millésimes dont les 1993, 2000, 2003 et 2009 que s'arrachent les spécialistes.

     

    Château Latour

    Le château Latour est un des noms les plus prestigieux dans le monde du vin, un des ambassadeurs de l'art de vivre à la française. Depuis 1855, il est classé Premier Grand Cru, distinction accordée à 5 domaines médocains uniquement. Le vignoble compte 65 hectares donc les 47 de l'Enclos, les vignes historiques sises autour du château qui servent à élaborer le grand vin qui déchaîne les passions et les enchères depuis des décennies.

    Le terroir est l'essence même du Médoc : croupes graveleuses bien drainées et qui permettent aux vignes de voir la Rivière, c'est à dire l'estuaire de la Gironde, ce qui est, selon la tradition, une condition sine qua non pour produire de beaux vins.

    Pauillac oblige, c'est le cabernet sauvignon qui est à l'honneur, avec un peu de merlot et des traces de cabernet franc et de petit verdot.

    En ce lieu où l'on produit du vin depuis au moins le 16ème siècle et que Francois Pinault a acquis en 1993 pour lui donner un nouveau souffle, les gestes retiennent le meilleur de la tradition et de la modernité avec, par exemple, la très innovante confusion sexuelle pour lutter contre les insectes et de l'autre, une clarification finale au blanc d'oeuf comme cela se fait depuis des siècles.

    On notera la présence de Jacques et Eric Boissenot, le père et le fils, pour conseiller le château lors des assemblages. A noter également que la tour qui donne son nom au château et qui orne les étiquettes a été érigée en 1331.

    www.chateau-latour.com
  • Lynch Bages Lynch Bages

    Lynch Bages

    De €105.00 - À €185.00
    Coup d'oeil
    Lynch Bages

    Lynch Bages

    €105.00

    Lynch-Bages 

    Avec le château Lynch-Bages, 5ème Cru au classement de 1855, nous voilà au cœur de l'appellation Pauillac, qui porte notamment les châteaux Latour et Lafite-Rothschild.

    Le vignoble s'étend sur une centaine d'hectares de croupes bien dessinées et constituées des fameuses graves garonnaises de la période günzienne. Ces sols caillouteux et pauvres, qui rendent en soirée la chaleur accumulée dans la journée, sont un terroir plus que propice pour le cabernet sauvignon qui domine largement, avec 70 à 75% de la cuvée, selon les millésimes. Les autres cépages présents sont, par ordre d'importance, le merlot, le cabernet franc et le petit verdot.

    Après une vinification adaptée de façon précise aux données du terroir et aux caractéristiques de chaque millésime, l'élevage se déroule dans des barriques de chêne français avec environ 3 quarts de bois neuf, pour bien cadrer les tanins.

    Vous trouverez dans ce Pauillac de l'opulence, de la puissance, de la structure et un caractère hédoniste qui fonde sa personnalité.

     

    Chateau Lynch-Bages

    Situé aux portes de Pauillac, à quelques centaines de mètres de la commune, le château Lynch-Bages tire son nom du vieux hameau de Bages où vécurent des générations de vignerons. Au milieu du 18ème siècle, la famille Lynch devient maîtresse des lieux et prolonge les efforts des anciens propriétaires, qui ont haussé la qualité des vins au fil des millésimes. Aujourd'hui et depuis les années 1930, le château est dirigé par la famille Cazes, avec actuellement Sylvie et Jean-Charles Cazes aux manettes.

    Les 100 hectares de vignes se trouvent sur un terroir magnifique qui résume le meilleur du Médoc : des croupes de graves garonnaises bien drainées et bien exposées. L'encépagement est le fruit de la compréhension intime qu'ont les propriétaires de leurs vignes. Il est aujourd'hui composé à 75% de cabernet sauvignon, à 17% de merlot, à 6% de cabernet franc et à 2% de petit verdot. L'âge moyen des vignes est d'environ 30 ans en 2010, les plus anciennes ayant plus de 60 ans.

    Une philosophie qui guide les gestes, aussi bien à la vigne qu'au chai ? Elle tient en quelques mots : le vin est un art de vivre autant qu'une boisson. Ainsi vinifient les Cazes depuis des années, dans une démarche d'excellence.

    http://www.lynchbages.com
  • Mouton Rothschild

    Mouton Rothschild

    De €480.00 - À €960.00
    Coup d'oeil
    Mouton Rothschild

    Mouton Rothschild

    €480.00

    Mouton Rothschild

    Les vendanges sont manuelles en cagettes. Les vinifications sont effectuées dans des cuves en chêne de 225hl, avec une durée totale de cuvaison de 20 à 25 jours. Un tout nouveau cuvier comportant un ensemble ultramoderne de 65 cuves inox et bois a été mis en service en 2012. L’assemblage fait appel à des proportions variables suivant les millésimes, avec une forte majorité de Cabernet sauvignon (75 à 95%), complété par le Merlot (en général 10 à 15%) et le Cabernet franc (moins de 10%). L’élevage de 19 à 22 mois est conduit en barriques de chêne minutieusement sélectionnées (100% neuves ou un peu moins suivant les millésimes).

    Après quelques millésimes irréguliers dans les années 1970 et 80, le vin se situe de façon constante au plus haut niveau des vins bordelais. Profond et opulent, magnifiquement élégant et harmonieux,  il témoigne de la richesse de son terroir et de la grande précision du travail accompli à la vigne et au chai par les équipes techniques sous la direction de Patrick Léon puis, à partir de 2004, de Philippe Dalhuin.

     

    Château Mouton Rothschild

    Le Baron Philippe étend le domaine et achète le château d’Armailhac voisin en 1933. A partir de 1945, il transforme l’étiquette de Mouton en œuvre d’art en faisant chaque année dessiner une étiquette par un artiste renommé. Il crée sur place en 1962, avec son épouse Pauline, le "Musée du Vin dans l’Art". Enfin, fait exceptionnel, il obtient le juste reclassement du vin comme premier cru en 1973 transformant la devise de Mouton "Premier ne puis, second ne daigne, Mouton suis" en "Premier je suis, second je fus, Mouton ne change". Suite au décès du Baron Philippe en 1988, sa fille, la Baronne Philippine, et ses enfants sont en charge du domaine. D’importants travaux sont en cours en 2011 pour reconstruire les chais. La direction générale et technique est assurée depuis 2004 par Philippe Dhalluin qui bénéficie des conseils de Jacques et Eric Boissenot, les célèbres œnologues du Médoc.

    Situé au Poulayet, à la sortie nord-ouest de Pauillac, et mitoyen de Lafite, le vignoble de 84 ha, magnifiquement exposé sur le flanc d’une petite colline de 40m, s’étend sur des sols de graves profondes sur sous-sol de calcaire. L’encépagement est constitué de Cabernet Sauvignon (83%), Merlot (14%) et Cabernet franc (3%). L’âge moyen des vignes est élevé (44 ans) comme la densité de plantation (10.000 pieds/ha). Les cultures sont conduites de façon traditionnelle et menées avec le plus grand soin avec une surveillance constante.

    Le domaine produit depuis 1993 un second vin "Le Petit Mouton de Mouton-Rothschild" ainsi que, depuis les années 80 et en petite quantité, un vin blanc en appellation Bordeaux "Aile d’argent".

    www.chateau-mouton-rothschild.com
  • Pichon Comtesse de Lalande Pichon Comtesse de Lalande

    Pichon Comtesse de Lalande

    De €150.00 - À €198.00
    Coup d'oeil
    Pichon Comtesse de Lalande

    Pichon Comtesse de Lalande

    €150.00

    Pichon Comtesse de Lalande

    La variété des parcelles, due aux éléments constitutifs du sol et à leur encépagement, explique la complexité de la personnalité des vins de Pichon L'encépagement particulier des hectares de vigne situés sur le plateau de Pichon s’étirant sur la commune de Saint Julien au sud de Pauillac ont donné au château Pichon Longueville Comtesse de Lalande la réputation du vin le plus féminin de l'appellation.

    Complexité, élégance, finesse, rondeur et harmonie demeurent les caractères de sa race; on les retrouve chaque année lors de la création des millésimes. Le nez se distingue par un bouquet d'arômes soutenus mélangeant le cassis et la violette, la vanille et la cannelle. Au palais, les tanins bien présents apparaissent mûrs et fondus, révélant une structure affirmée, une étonnante souplesse, une parfaite harmonie et une longue persistance. Jeune, le vin se fait séduisant sans pour autant préjuger de sa longévité. La Réserve de la Comtesse joue également dans le registre de la rondeur et de la finesse avec ses arômes de fruits rouges et son boisé délicat.

     

    Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande

    Le vignoble de Pichon-Longueville Comtesse de Lalande s’étend sur 85 hectares. Il fait figure d’exception au sein de l’appellation Pauillac car 11 hectares se trouvent sur la commune de Saint-Julien. Il bénéficie d’un terroir constitué de graves garonnaises sur argile, sur lesquelles sont plantées des vignes de 35 ans d’âge en moyenne.

    Son encépagement est composé de 45% de cabernet sauvignon, de 35% de merlot, 12% de cabernet franc et de 8% de petit verdot. La Maison de Champagne Louis Roederer, qui en devenue propriétaire en 2007, assure la continuité de l’esprit des femmes qui ont vinifié ces vins depuis de multiples décennies. 

    Le Grand Vin est élevé 18 mois en barriques, dont 50 % en chêne neuf et 50 % en chêne d'un an. Les fûts ont subi une chauffe moyenne lors de leur fabrication, ce qui contribue à la qualité de leur parfum. 

    www.pichon-lalande.com/
  • Pontet-Canet

    Pontet-Canet

    De €96.00 - À €450.00
    Coup d'oeil
    Pontet-Canet

    Pontet-Canet

    €96.00

    Pontet-Canet

    Rubis profond, pourpre, parfois noir, le vin de Pontet-Canet développe un nez caractéristique où se mélangent les fruits noirs, le cassis surtout, la réglisse, le pruneau, des notes de figues, de cèdre et parfois de cacao.

    À la dégustation, le vin allie puissance et élégance, densité et amplitude. D’un caractère musclé, il impose une idée sereine du classicisme avec cette structure tannique qui laisse transparaître une longue et paisible garde.

     

    Château Pontet-Canet

    Château Pontet-Canet est un Grand Cru Classé en 1855 dont l’histoire remonte au début du 18ème siècle. Pourtant, dans cette longue période, seulement 3 familles se sont succédées.  Depuis les 10 dernières années, c’est Alfred Tesseron qui à l’honneur et la charge de le diriger, assisté par Jean-Michel Comme, le Régisseur et par sa nièce, Mélanie Tesseron depuis 2005. Il est une sorte de chef d’orchestre qui doit mettre en valeur l’œuvre tout en lui restant fidèle.

    Pour transmettre aux générations futures ce terroir magnifié par les hommes, le vignoble est maintenant cultivé comme un jardin, sans aucun ajout de pesticide et en respectant les rythmes de la vie et les hommes qui y travaillent. Tels des enfants que l’on protège, les pieds de vigne connaissent un environnement d’harmonie dans lequel ils peuvent au mieux exprimer les subtilités de chaque terroir. Le vin produit, révèle donc toutes les nuances de la nature avec précision, pureté et vérité.

    www.pontet-canet.com

Inscrivez - vous