200 et plus

  • Trier par Taille

  • Trier par Prix

  • Angelus Angelus

    Angelus

    De €325.00 - À €390.00
    Coup d'oeil
    Angelus

    Angelus

    €325.00

    Angelus

    Hubert de Boüard a emmené le cru sur une voie moderne dès le milieu des années 80. En taillant court et en vendangeant tard, il a su concentrer le vin en lui donnant un accès immédiat des plus flatteurs qui reflète bien son terroir solaire mais sans altérer ses qualités de fond.

    Au Château Angélus, le Cabernet Franc représente 47% des vignes plantées et la culture de ce cépage fait l’objet d’une véritable passion. La forte proportion de cabernets francs redonne au vin de la finesse au vieillissement. Toujours à la recherche de l’excellence, le domaine a été l’un des premiers en bordelais à effectuer une mise en barriques précoce après la période de macération. Résultat : la verticale depuis 1988 est sidérante de régularité. 

    Consacré Premier Grand Cru classé en 1996, le Château Angélus figure dans le peloton des très grands vins. Ces dernières années, il est dans une forme resplendissante avec un 2000 d’anthologie, un 2001 très dense sans toutefois égaler le volume de 2000, un 2002 concentré et velouté ainsi qu’un opulent 2003. Les millésimes 2005 et 2009 sont exceptionnels par leur équilibre et leur fraîcheur, même le 2007 brille par sa longueur en bouche. Une propriété décidément incontournable qui en 2012 a reçu la reconnaissance absolu en atteignant la classification de 1er Grand Cru Classé "A"

     

    Château Angelus

    A moins d'un kilomètre du célèbre clocher de Saint-Emilion, sur le fameux "pied de côte" exposé plein sud, Château Angélus est l'œuvre d'une passion écrite depuis 8 générations par la famille De Boüard de Laforest. La propriété tire son nom d'un lopin de vignes très anciennes au cœur duquel les vignerons pouvaient entendre sonner l'Angélus simultanément par les 3 églises du pays.

    Situé à moins d’un kilomètre de l’église de Saint Emilion, le Château Angélus a été créé par la famille Boüard de Laforest, propriétaire du Château Mazerat voisin, à partir d’une petite parcelle de 3 hectares d’où il est possible d’entendre les cloches des trois églises du pays en même temps.

    Le domaine a été agrandi à partir des années 20 jusqu’aux années 70, pour atteindre aujourd’hui 23,4 ha d’un seul tenant. Situé sur le piémont de la côte sud, dans la ceinture méditerranéenne de Saint-Emilion, le terroir est argilo-calcaire sur la partie haute où l’on trouve les Merlot, et un peu plus sablonneux en bas de côte où sont plantés les Cabernet franc.

    Pour partie enherbées, les vignes sont travaillées traditionnellement, avec ébourgeonnage et éclaircissage en été. Les vendanges se font à la main avec un tri rigoureux à la vigne et au chai, et l’égrappage est effectué à 100%. Grâce à son esprit novateur, Hubert de Boüard a transfiguré le cru, qu’il gère avec son cousin qui l’a rejoint en 1987, Jean-Bernard Grenié, l’imposant comme l’un des plus grands vins de Saint Emilion.

    http://www.angelus.com
  • Beau Soleil Beau Soleil

    Beau Soleil

    De €26.40 - À €240.00
    Coup d'oeil
    Beau Soleil

    Beau Soleil

    €26.40

    Beau Soleil

    Au Château Beau Soleil, on pratique l’égrappage total. Durant la vinification, les températures de fermentation sont thermo-régulées et la macération est réalisée dans cinq cuves en acier inoxydable pendant 2 à 3 semaines. L’élevage est réalisé en barriques de chêne : 35% sont neuves, 35 % ont déjà vinifié une fois et 30 % deux fois.  

    Ce cru de Pomerol possède typiquement une robe sombre, un nez aux senteurs de fruits rouges et noirs, de fleurs, et une bouche ronde. Le 2001 est un beau vin ferme, d’une belle matière qui, avec le souple 2000, est un des plus beaux vins du Château. Le 2002 est flatteur et charmeur, tout comme le 2003 qui joue la souplesse et la rondeur. Le millésime 2005 est bouqueté et coloré, comme le 2006. Le 2007 livre une complexité aromatique faite de fruits noirs et de notes d'épices. Les tannins offrent en bouche de la fraîcheur et apportent à ce vin généreux, finesse et élégance.

     

    Château Beau Soleil

    Situé au Nord Est de Libourne, Pomerol est une des zones les plus prestigieuses du terroir vinicole bordelais, de par sa petite surface, qui favorise l'aspect qualitatif de la récolte, et par sa notoriété : les plus grands vins y sont représentés depuis des siècles.

    Thierry Rustmann, propriétaire de Château Beau Soleil, vous propose de découvrir un vin d'exception, confectionné avec soins et rigueur dans la plus pure des traditions grâce à Aurélie Carreau, Œnologue & Directrice du Château Beau Soleil.

    La complexité du terroir "Pomerol" ainsi que le cépage de Château Beau Soleil (100% Merlot ) nous ont permis d'obtenir un vin d'élégance et de finesse sur une propriété de 3.5 hectares. Les Arômes se dégagent avec une dominante de Merlot, on ressent également la souplesse et la rondeur avec des notes fraîches de fruits rouges, de réglisse, et de fleurs.

  • Carbonnieux - Rouge Carbonnieux - Rouge

    Carbonnieux - Rouge

    De €33.00 - À €36.00
    Coup d'oeil
    Carbonnieux - Rouge

    Carbonnieux - Rouge

    €33.00

    Carbonnieux – Rouge

    Sur les 50 hectares qui produisent le vin rouge à Carbonnieux, le cabernet sauvignon, qui représente 60% de l’encépagement, s’exprime pleinement sur les sols de graves profondes, tandis que les 30% de merlot se répartissent entre les graves fines et les sols argileux.

    Outre ces deux cépages, on trouve 7% de cabernet franc, et 3% de petit verdot et de carménère, avec une moyenne d’âge des vignes de 27 ans. La cuvaison à basse température dure pendant 3 à 4 semaines dans des cuves inox thermo-régulées, et s’accompagne de remontages périodiques. A l’issue des fermentations, le vin est transporté par gravité dans le chai où il est mis en barriques de chêne merrain ( dont 35 à 40% de fûts neufs, 1/3 de fûts d’un an ) pour entamer un élevage qui va durer de 15 à 18 mois.

    Les vins rouges du Domaine Carbonnieux ont progressé de façon significative cette dernière décennie. AOC Pessac-Léognan, Grand Cru Classé de Graves, les Vins Rouges Château Carbonnieux offrent une couleur bordeaux intense caractéristique du terroir remarquable de ce domaine et se révèlent après plusieurs années de garde comme des vins complets et classiques, avec de riches arômes de fruit et une belle complexité gustative.

     

    Château Carbonnieux

    C'est à travers une longue histoire dont l'origine remonte au XIIéme siècle que le domaine de Carbonnieux, situé sur la commune de Léognan, a cultivé la vigne. Les Bénédictins, moines de l'Abbaye de Sainte-Croix, remettent le vignoble en ordre au XVIIIéme siècle. Les moines profitèrent de la grande limpidité des vins blancs pour les baptiser "Eau Minérale de Carbonnieux", afin de les exporter à Constantinople où ils furent très appréciés par le Grand Turc. C'est une favorite du Harem, native de Bordeaux, qui fut à l'origine de ce subterfuge.

    Situé sur un point haut de la commune de Léognan, le sol de Carbonnieux, composé d'un terroir graveleux en légère pente vers le nord-ouest, est parfaitement drainé par un cours d'eau nommé l'Eau Blanche.

    Les 92 hectares de vignes sont plantés pour moitié en blanc et pour moitié en rouge, sur des parcelles dont la texture du sol semble plus adaptée pour l'un ou l'autre des cépages.

    Les récoltes des raisins blancs sont toujours parmi les premières du Bordelais. Les fermentations contrôlées à basses températures durent de 3 à 4 semaines, le vin élaboré fera un vieillissement d'environ 10 mois en barriques.

    Pour le rouge, le vieillissement traditionnel du Bordelais dure de 18 à 24 mois en barriques selon la qualité et l'évolution du millésime.

    http://www.carbonnieux.com
  • Carillon d’Angelus Carillon d’Angelus Coup d'oeil
    Carillon d’Angelus

    Carillon d’Angelus

    €110.00

    Carillon d’Angelus

    Le Carillon de l’Angélus est le second vin du château Angélus, récemment promu au sommet de son appellation aux côtés des châteaux Ausone et Cheval Blanc. Né avec le millésime 87, ce vin représente environ 20% de la production de la propriété et résulte d'un assemblage des deux cabernets, le franc et le sauvignon, avec toujours au moins une moitié de merlot, cépage roi de Saint-Emilion.

    Les vignes de cette cuvée reçoivent les mêmes soins que celles produisant le Château Angélus et la récolte est manuelle puis triée avec grand soin, pour une vinification en cuves inox thermorégulées et un élevage de 12 à 14 mois en barriques neuves et d'un vin.

    Il en résulte un second vin de grande classe, avec un boisé élégant, une bouche gourmande, des tannins soyeux, de la longueur, de la fraîcheur et tout le savoir-faire d'un nom parmi les plus réputés. Plus rapide à boire que son aîné, il pourra cependant séjourner de nombreuses années dans votre cave.

     

    Château Angelus

    A moins d'un kilomètre du célèbre clocher de Saint-Emilion, sur le fameux "pied de côte" exposé plein sud, Château Angélus est l'œuvre d'une passion écrite depuis 8 générations par la famille De Boüard de Laforest. La propriété tire son nom d'un lopin de vignes très anciennes au cœur duquel les vignerons pouvaient entendre sonner l'Angélus simultanément par les 3 églises du pays.

    Situé à moins d’un kilomètre de l’église de Saint Emilion, le Château Angélus a été créé par la famille Boüard de Laforest, propriétaire du Château Mazerat voisin, à partir d’une petite parcelle de 3 hectares d’où il est possible d’entendre les cloches des trois églises du pays en même temps.

    Le domaine a été agrandi à partir des années 20 jusqu’aux années 70, pour atteindre aujourd’hui 23,4 ha d’un seul tenant. Situé sur le piémont de la côte sud, dans la ceinture méditerranéenne de Saint-Emilion, le terroir est argilo-calcaire sur la partie haute où l’on trouve les Merlot, et un peu plus sablonneux en bas de côte où sont plantés les Cabernet franc.

    Pour partie enherbées, les vignes sont travaillées traditionnellement, avec ébourgeonnage et éclaircissage en été. Les vendanges se font à la main avec un tri rigoureux à la vigne et au chai, et l’égrappage est effectué à 100%. Grâce à son esprit novateur, Hubert de Boüard a transfiguré le cru, qu’il gère avec son cousin qui l’a rejoint en 1987, Jean-Bernard Grenié, l’imposant comme l’un des plus grands vins de Saint Emilion.

    http://www.angelus.com
  • Cheval Blanc Cheval Blanc

    Cheval Blanc

    De €515.00 - À €1,140.00
    Coup d'oeil
    Cheval Blanc

    Cheval Blanc

    €515.00

    Cheval Blanc

    Cheval Blanc ou la haute noblesse de l'une des appellations les plus réputées à travers le monde, Saint-Émilion. Tout ici, depuis la vigne jusqu'à la mise en bouteille, incarne l'excellence et le savoir-faire le plus exigeant. Le terroir, une mosaïque de sables, d'argiles et de graves, concentre le meilleur de l'appellation et, par ses carences hydriques bien maîtrisées, permet des rendements faibles pour des raisins riches en matière.

    Les 2 cépages – cabernet franc et merlot, le premier dominant légèrement le second – sont issus des sélections massales à partir de très vieilles vignes. Les vendanges, effectuées manuellement comme il se doit pour de tels raisins, sont triées 3 fois avant une vinification précise et méticuleuse, dans des barriques de chêne neuves et achetés auprès de 7 tonneliers.

    Vous l'aurez compris, rien n'est laissé au hasard pour ce Grand Cru haute couture tout en rondeur et velouté, avec la complexité aromatique du cabernet franc et la richesse du merlot. L'incarnation de l'excellence et la perfection. Concernant les gardes, sachez qu'en 2010 une bouteille de 1947 a été vendue à prix d'or.

     

    Château Cheval Blanc

    Le château Cheval Blanc trône au sommet de l'appellation Saint-Émilion depuis le 16 juin 1955 et son classement en Premier Grand Cru classé A. Une anecdote pour prendre la mesure de ce nom ? En novembre 2010, une vente chez Sotheby's a vu partir pour près de 230 000 euros un mathusalem de 1947, année parmi les plus somptueuses. Depuis 1998, le domaine est la propriété conjointe du belge Albert Frère et du français Bernard Arnault, à la tête du groupe LVMH, avec comme administrateur Pierre Lurton, également à la tête du château d'Yquem. Excusez du peu !

    Pour avoir un aperçu de l'excellence de ce nom, penchons-nous sur les vignes du château. Elles couvrent 39 hectares et nécessitent 4 fois plus de monde qu'au chai, avec un parcellaire inchangé ou presque depuis 1871, deux stations météos pour suivre l'évolution de chaque millésime et un lent remplacement des pieds, au rythme d'un hectare tous les 3 ans, après un repos du sol.

    Le chai ? Plutôt que de décrire ce qui s'y passe, parlons du nouveau bâtiment, dessiné par le célèbre architecte Christian de Portzamparc, et qui se fond admirablement dans le paysage de Saint-Émilion, vignoble classé au patrimoine mondial de l'Unesco, tout en le rehaussant de son élégance et de ses courbes. Vous l'aurez compris, tout ici parle en faveur de l'excellence...

  • Connétable Talbot

    Connétable Talbot

    De €25.00 - À €30.00
    Coup d'oeil
    Connétable Talbot

    Connétable Talbot

    €25.00

    Connétable Talbot

    Ce Connétable est un des tout premiers seconds vins du Médoc. Le château Talbot, Quatrième Cru de l'appellation Saint-Julien, l'a élaboré pour la première fois dans les années 1960. Ainsi a-t-il profité de plusieurs décennies de soins, de sélections et d'expérience.

    Sont convoqués 3 cépages – cabernet sauvignon puis un peu de merlot et des traces de verdot – ainsi que les jeunes vignes du domaine ou les cuvées ne donnant pas la qualité du premier vin.

    Après des vendanges manuelles, le bois est à l'honneur sous formes de cuves pour la vinification ou de barriques pour l'élevage, avec, pour celui-ci, environ une moitié de bois neuf.

    Le résultat est un Saint-Julien classique et élégant, fruité, marqué par une trame nette et bien dessinée qui précède une finale longue et fraîche. La garde tourne autour de la décennie, selon le millésime

     

    Château Talbot

    Grand Cru Classé Saint-Julien (Médoc), le château Talbot s'étend sur 107 hectares de vignes en culture au sein de la commune de Saint-Julien, appellation hors du commun puisqu'elle ne comporte pas moins de 11 crus classés.

    Situé de façon idéale en bordure de l'estuaire de la Gironde sur des croupes de graves alluvionnaires charriées du Massif Central par la Dordogne et des Pyrénées par la Garonne, le terroir du Château Talbot est exceptionnel.

    http://chateau-talbot.com/tablet/index.php

  • Cos d'Estournel Cos d'Estournel

    Cos d'Estournel

    De €135.00 - À €195.00
    Coup d'oeil
    Cos d'Estournel

    Cos d'Estournel

    €135.00

    Cos d’Estournel

    Les vendanges sont manuelles en cagettes. Après un tri exigeant, la vinification est conduite de façon parcellaire dans le nouveau chai gravitaire à l’aide de 72 cuves inox thermorégulées de 19 à 155 hl. L’ensemble des manipulations s’effectue sans aucun pompage et par gravité au moyen de 4 cuves-ascenseur de 100 hl. Seules les parcelles de plus de 20 ans sont utilisées pour le grand vin. L’élevage de 18 mois est conduit en barriques de chêne merrain (environ 80% neuves).

    L’assemblage fait appel principalement au Cabernet sauvignon (55 à 80% suivant les millésimes) avec un complément de Merlot et de petites quantités (au plus quelques %) de Cabernet franc et Petit Verdot.

    Deuxième cru, Cos montre souvent des qualités dignes des premiers, avec des prix en conséquence. A la puissance et à la solide charpente des Saint-Estèphe, il associe un fruit, une douceur et une élégance qui lui confèrent un charme exceptionnel. La qualité des dix dernières années a été d’une constance remarquable. On est en plus dans l’espoir de voir les nouvelles installations amener encore un surcroît de finesse et d’élégance ! Vin de très grande garde, il devra attendre une quinzaine d’années dans les grands millésimes mais pourra alors se conserver et se bonifier pendant plusieurs dizaines d’années, voire un siècle.

     

    Château Cos d’Estournel 

    Le vignoble de Cos s’étend aujourd’hui sur 91 hectares. Sur les graves maigres des sommets et sur les versants sud, les Cabernet Sauvignon (60% du vignoble) trouvent leurs sols d’élection. Sur les pentes est et sur les côtes où le socle calcaire de Saint-Estèphe affleure, les Merlots (40% du vignoble) excellent. Le pourcentage de Cabernet ou de Merlot dans chaque millésime varie bien sûr selon le climat de l’année qui favorise tour à tour l’un ou l’autre.

    Les vendanges sont manuelles. La vinification, très technique, bénéficie des moyens les plus avancés des installations de Michel Reybier à Saint-Estèphe. Après un tri exigeant et pré-macération à froid, la fermentation est conduite de façon parcellaire dans de petites cuves inox tronconiques à double paroi. L’élevage de 12 à 14 mois est conduit sur lies en barriques de chêne (50% neuves).

    Séduisant, le vin est gourmand et fruité tout en faisant preuve de profondeur et d’élégance. Très bien accueilli par la critique, l’avenir dira si ses qualités certaines lui permettent de s’imposer malgré son prix relativement élevé.

    http://estournel.com/cos/

  • Echo de Lynch-Bages Echo de Lynch-Bages

    Echo de Lynch-Bages

    De €36.00 - À €41.00
    Coup d'oeil
    Echo de Lynch-Bages

    Echo de Lynch-Bages

    €36.00

    Echo de Lynch-Bages

    Elaboré pour la première fois en 1976 sous le nom de Château Haut-Bages Averous, ce second vin a changé de nom pour devenir, en 2008, l'Echo de Lynch-Bages. Ce changement de nom sert à bien mettre en évidence la filiation entre cette bouteille et le premier vin du domaine, celle-là étant un écho de celui-ci.

    Vinification et élevage sont les mêmes pour les deux vins de ce château classé Cinquième Cru Pauillac, avec des cuves inox pour le premier et des barriques d'un vin pour le second.

    Echo de Lynch-Bages, composé de 50 à 60% de cabernet sauvignon, 25 à 30% de merlot et de 15 à 20 % de cabernet franc, est un vin tout en rondeur et souplesse, avec des tanins fins, un boisé léger, une texture soyeuse et une agréable complexité. Une belle introduction à l'appellation Pauillac.

     

    Château Lynch-Bages

    Situé aux portes de Pauillac, à quelques centaines de mètres de la commune, le château Lynch-Bages tire son nom du vieux hameau de Bages où vécurent des générations de vignerons. Au milieu du 18ème siècle, la famille Lynch devient maîtresse des lieux et prolonge les efforts des anciens propriétaires, qui ont haussé la qualité des vins au fil des millésimes. Aujourd'hui et depuis les années 1930, le château est dirigé par la famille Cazes, avec actuellement Sylvie et Jean-Charles Cazes aux manettes.

    Les 100 hectares de vignes se trouvent sur un terroir magnifique qui résume le meilleur du Médoc : des croupes de graves garonnaises bien drainées et bien exposées. L'encépagement est le fruit de la compréhension intime qu'ont les propriétaires de leurs vignes. Il est aujourd'hui composé à 75% de cabernet sauvignon, à 17% de merlot, à 6% de cabernet franc et à 2% de petit verdot. L'âge moyen des vignes est d'environ 30 ans en 2010, les plus anciennes ayant plus de 60 ans.

    Une philosophie qui guide les gestes, aussi bien à la vigne qu'au chai ? Elle tient en quelques mots : le vin est un art de vivre autant qu'une boisson. Ainsi vinifient les Cazes depuis des années, dans une démarche d'excellence.

    www.lynchbages.com
  • Fonroque

    Fonroque

    De €21.60 - À €252.00
    Coup d'oeil
    Fonroque

    Fonroque

    €21.60

    Fonroque

    Saint-Emilion Grand Cru Classé, le Château Fonroque a bénéficié des efforts de modernisation des différentes générations Moueix à chaque succession. Les Etablissements JP Moueix introduisent à partir de 1979, de nouveaux équipements pour la vinification, et investissent en 1993 dans un nouveau chai.

    Les raisins récoltés sont triés sur table vibrante, puis à la main, juste avant la fermentation dans des cuves béton thermo-régulées. Les macérations se déroulent durant 15 à 30 jours, puis 80% des vins sont élevés en barriques de chêne, dont la moitié est renouvelée chaque année, l’autre moitié servant à faire deux vins. Les 20% restant sont élevés en cuves.

    Les vins sont collés au blanc d’œuf mais non filtrés avant mise en bouteilles. La production du Grand Vin Château Fonroque est de l’ordre de 75 000 bouteilles à l’année. C’est un vin de caractère, équilibré et élégant, non dénué de complexité. Le second vin est baptisé "Château Cartier"

     

    Château Fonroque

    L'entretien du vignoble se fait alors sur la base d'un programme de replantation régulier assorti de drainages. Le recours à la pratique de l'éclaircissage des raisins, en particulier dans les jeunes vignes est systématiquement appliqué. Au cuvier, l'introduction d'une gestion méticuleuse des fûts ainsi que la rigueur des assemblages constituent des apports qualitatifs importants.

    Un investissement financier conséquent sera réalisé en 1993 où un deuxième chai à barriques, une salle de mise en bouteilles et une salle de dégustation voient le jour. La vinification, assise sur une conduite du vignoble qui prend en compte les équilibres fondamentaux, donne naissance à des vins de qualité. Alain Moueix se voit confier la gestion de la propriété familiale en 2001. Chaque génération apporte son empreinte, celle-ci ne dérogera pas à la tradition.

    www.chateaufonroque.com
  • Garrus Chateau D'Esclans Coup d'oeil
    Garrus Chateau D'Esclans

    Garrus Chateau D'Esclans

    €95.00

    Garrus

    Voici le rosé que l’on considère comme le meilleur du monde ! Issu de vignes âgées de 80 ans et vinifié en quantités très limitées, Garrus est composé de 70% de grenache et 30% de rolle. Les vendanges, exclusivement manuelles, ont lieu du lever du soleil à midi et les raisins sont récoltés dans des petites caisses pour éviter qu’ils ne s’oxydent. L’élevage se fait entièrement en fûts de chêne pendant 10 mois.

    Sa dégustation ressemble à celle du rosé Les Clans avec un nez et des saveurs encore plus prononcées de bois, de noix de coco, de fruits secs et de banane. Les tanins fins sont présents et permettent à ce rosé gastronomique de s’exprimer aux côtés d’une viande blanche en sauce ou d’un poisson à chair blanche fin et iodé.

     

    Château d’Esclans

    Château du XVIIIème siècle situé dans la vallée des Esclans, à deux pas des Gorges de Pennafort, dans l’arrière-pays Varois, le Château d’Esclans est une belle demeure de style toscan bordée d’une allée de platanes. Sur ses caves, les plus anciennes de la région, s’élevait à l’origine un Château médiéval dont on peut encore apercevoir les vestiges. Occupé par l’armée allemande lors de la seconde guerre mondiale, il a ensuite été racheté successivement par plusieurs propriétaires jusqu’à être repris en 2006 par Sacha Lichine.

    Ce vigneron d’origine russe a fait ses classes dans le bordelais auprès de son père Alexis Lichine expert viticole et lui-même propriétaire. Associé à Patrick Léon, l’œnologue du Mouton Rotschild pendant 27 ans, Sacha Lichine a décidé de bouleverser le monde du vin en produisant des rosés haut de gamme et coûteux.

    Sa démarche tend vers une approche qualitative de la vinification du rosé. Les rosés Garrus et Les Clans se partagent le haut de l’affiche avec un vieillissement en fûts de chêne, un assemblage de grenache et de rolle et une robe à faire pâlir la tribu des rosés de Provence.

    http://www.chateaudesclans.com

  • Gloria Gloria

    Gloria

    De €35.00 - À €40.00
    Coup d'oeil
    Gloria

    Gloria

    €35.00

    Gloria

    Bien qu’issu de terroirs de grands crus classés, Château Gloria n’a jamais pu obtenir la révision du classement de 1855 qui lui aurait permis d’y figurer. Cependant, sans être au niveau des meilleurs Ssaint Julien, Château Gloria n’a rien à envier à nombre de crus classés en 1855. Il constitue de ce fait souvent une bonne opportunité en terme de rapport qualité/prix.

    Au cours des années, l’appareil de production a fait l’objet de rénovations et de modernisations successives, avec notamment la construction en 2000 d’un nouveau chai à barriques.

    Comme bon nombre de Saint-Julien, Gloria présente en général un bon équilibre entre corps et finesse. Il bénéficie depuis au moins le début des années 2000 d’évaluations qualitatives très régulières et de bon niveau. La robe est soutenue, le nez intense et marqué par le fruit. En bouche, il est en général apprécié pour sa rondeur, sa finesse et son équilibre lui conférant une bonne souplesse.

     

    Château Gloria

    Le Château Gloria est unique par son histoire. Alors que la plupart des grands châteaux du Médoc possèdent des racines historiques qui se chiffrent en centaines d’années, Gloria est né en 1942 avec l’acquisition par Henri Martin d’une parcelle de 6 ha achetés au Château Beychevelle. Henri Martin, né dans le monde du vin à Beychevelle, fut, comme son père, tonnelier. Maire de Saint-Julien, homme d’influence, qui devint entre autres président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux, il parvint au cours des années à racheter des parcelles issues des célèbres châteaux de l’appellation Saint Julien, pour finalement constituer de toutes pièces un domaine de 44 ha.

    Après son décès en 1991, Françoise sa fille et Jean-Louis Triaud, son gendre, assurent la gestion de la propriété comme celle du Château Saint-Pierre, 4ème grand cru classé en 1855. Il faut ajouter que parallèlement, Jean-Louis Triaud, comme son beau-père l’avait été, est actuellement président des Girondins de Bordeaux. Le terroir argilo-graveleux se répartit sur 3 zones : au centre de Beychevelle, à l’ouest et au nord de l’appellation, à la limite de Pauillac. Les vignes sont plantées très classiquement de Cabernet Sauvignon (65%), Merlot (25%), Cabernet Franc et Petit Verdot (5% chacun). Le rendement moyen est de 45 hl/ha. Le domaine produit un second vin, Château Peymartin, qui représente environ 20% du volume global.

    http://www.domaines-henri-martin.com/fr/chateau-gloria

  • Grand Puy Lacoste

    Grand Puy Lacoste

    De €48.00 - À €100.00
    Coup d'oeil
    Grand Puy Lacoste

    Grand Puy Lacoste

    €48.00

    Grand Puy Lacoste 

    Les vendanges sont manuelles avec double tri. Après égrappage, les vinifications sont conduites en cuves inox thermorégulées avec cuvaison d’une vingtaine de jours. Le vin est élevé de 18 à 20 mois en barriques de chêne. La proportion de barriques neuves, de 70% en 2009, est adaptée au millésime. Pauillac des plus classiques et des plus réputés, le vin est, année après année, d’une grande qualité.  De couleur intense, il est marqué par un fruit expressif et par une structure tannique remarquable qui lui confère à la fois puissance et élégant velouté. Vin de grande garde, il devra attendre une dizaine d’années mais pourra se conserver près de 30 ans dans les grands millésimes. La production annuelle moyenne est d’environ 220.000 bouteilles. La commercialisation est faite par le négoce de la place de Bordeaux.

     

    Château Grand Puy Lacoste

    Le vin confirme sa réputation en 1855, étant alors classé officiellement 5ème cru du Médoc. Le domaine connaît ensuite les vicissitudes qui affecteront la plupart des crus (maladies de la vigne, guerres et crises économiques). Elles se traduisent par plusieurs changements de propriétaires et une diminution importante de la taille du vignoble qui passe de 55 ha à son apogée à 25 ha en 1970. Raymond Dupin, notable bordelais, cède 50% des parts en 1978 à Jean-Eugène Borie, déjà propriétaire de Ducru-Beaucaillou, descendant d’Eugène Borie, important négociant Corrézien.

    La totalité du domaine revient aux Borie à la mort de Raymond Dupin en 1980. François-Xavier Borie, fils de Jean-Eugène, prend peu après la direction de la propriété dont il hérite en 1998 à la mort de son père, son frère Bruno prenant alors celle de Ducru-Beaucaillou. Dès les années 1980, une très importante reprise en main du domaineest opérée tant à la vigne qu’aux chais qui sont agrandis et au cuvier qui est équipé de cuves inox thermorégulées. Jacques et Eric Boissenot sont les œnologue-conseils.

    Le vignoble de 55 ha, situé à la hauteur de Bages au sud-ouest immédiat de Pauillac, s’étend sur une croupe graveleuse assurant un bon drainage et une excellente exposition. L’encépagement est constitué de cabernet-sauvignon (75%), de merlot (20%) et de cabernet franc (5%). L’âge moyen des vignes est de 40 ans et la densité de plantation de 10.000 pieds/ha. Les vignes sont cultivées de façon traditionnelle, avec labourage et recours minimal aux produits phytosanitaires, taille en guyot double, effeuillage et vendanges en vert. Le domaine produit un second vin "Lacoste-Borie".

    www.chateau-grand-puy-lacoste.com
  • Haut-Bailly

    Haut-Bailly

    De €62.50 - À €130.00
    Coup d'oeil
    Haut-Bailly

    Haut-Bailly

    €62.50

    Haut-Bailly

    Si peu nombreux sont les terroirs qui imprègnent véritablement leur production, le Château Haut-Bailly est incontestablement l’un de ceux-ci : il livre spontanément des vins élégants et racés, harmonieux et d’une très grande souplesse malgré la forte proportion de cabernet. Leur aptitude au vieillissement est absolument remarquable.

    Noble et raffiné, le style de Haut-Bailly s’appuie avant tout sur un équilibre subtil entre finesse et concentration. La douceur soyeuse des tanins fait écho au raffinement complexe des arômes. Chaque année, les équipes du Château Haut-Bailly mettent tout en œuvre pour préserver et développer les qualités du grand vin sans forcer la nature. Les critères de sélections ont ainsi été renforcés depuis 1998 afin de lui offrir toujours plus de densité et de précision.

    Si un grand vin est le résultat d’une relation harmonieuse et de qualité entre l’homme, la vigne et la nature, le terroir en est son fondement.

     

    Château Haut-Bailly

    Grand Cru Classé situé aux portes de Bordeaux, le Château Haut-Bailly domine majestueusement un vignoble de 30 hectares d’un seul tenant établi sur l’une des plus hautes croupes de graves de la rive gauche.Il bénéficie d’une excellente inclinaison des pentes, d’un drainage efficace et de fossés bien répartis qui assurent l’écoulement des eaux en année humide.

    Des trois composantes du terroir, la terre est la plus subtile : elle associe ici un sol de sables mêlés à des graves glissées du quaternaire avec un sous-sol de faluns, ou pétrification de pierres fossiles, qui constituent l’une de ses caractéristiques majeures.

    Un Encépagement ancestral, A la fin du XIXème siècle, le propriétaire du Château Haut-Bailly, Alcide Bellot des Minières, s’était opposé à la technique du greffage en se tenant à l’idée que seuls des pieds de « vignes françaises » pouvaient avoir la richesse et la noblesse qu’il recherchait. Face à l’avancée du phylloxera, des plants américains furent finalement plantés mais la propriété dispose encore aujourd’hui de 4 hectares de très vieilles vignes dont certaines sont plus que centenaires. L’encépagement y est extrêmement varié : on retrouve en effet côte à côte cabernet sauvignon, cabernet franc, carmenère, merlot, malbec ou encore petit verdot. En dehors de ces vieilles vignes, le reste du vignoble est composé de 64% de cabernet sauvignon, 30% de merlot et 6% de cabernet franc.

    http://www.chateau-haut-bailly.com/fr

     

  • Haut-Brion

    Haut-Brion

    De €408.00 - À €960.00
    Coup d'oeil
    Haut-Brion

    Haut-Brion

    €408.00

    Haut-Brion

    Vin de légende, certainement le plus célèbre du bordelais, Haut-Brion interpelle par sa grande régularité au plus haut niveau sur plusieurs siècles. Outre la qualité du terroir, nul doute que cette régularité est le résultat de l’engagement, de la passion et des moyens substantiels dépensés par les propriétaires successifs avec l’appui d’équipes compétentes et dévouées. À cet égard, dans les années les plus récentes, la famille Delmas avec Georges de 1920 à 1961, son fils Jean-Bernard Delmas jusqu’en 2003 et maintenant Philippe Delmas, son fils, tous directeur d’exploitation, a joué sans aucun doute un rôle majeur.

    Au cours des années Jean-Bernard Delmas, Haut-Brion ne s’est pas contenté de vivre de sa réputation mais a constamment été à la pointe de l’innovation, servant de modèle dans de nombreux domaines que ce soit la vigne, avec un important programme de sélection clonale, ou le chai avec l’introduction dès le début des années 60 de cuves de vinification en acier inoxydable.

    À la dégustation du vin, tout est fascinant : sa profondeur, sa rondeur, sa richesse aromatique avec les notes fumées caractéristiques de Pessac-Léognan, l’élégance de ses tannins, sa longueur en bouche… Présentant comme tous les plus grands crus un potentiel de garde prodigieux, d’au moins plusieurs dizaines d’années, les millésimes passés resteront encore longtemps témoins de sa grandeur.

     

    Château Haut-Brion

    C’est le comte Joseph de Fumel, descendant des de Pontac, qui donna fin XVIIIème au domaine sa taille actuelle, et fit construire le château et son parc. Suite à la révolution, le domaine passa successivement entre plusieurs mains (dont celles de Talleyrand) pour aboutir finalement en 1935 dans celles de Clarence Dillon, un important financier américain, francophile et grand amateur de vin, dont le fils fut Ministre et Ambassadeur des États-Unis à Paris. Toujours dans la famille, le domaine est maintenant dirigé par le Prince Robert de Luxembourg, son arrière petit-fils.

    Les vignes, d’une superficie de 51 ha, sont situées quasiment en ville, aux portes de Bordeaux. Elles sont plantées sur sol de graves avec sous-sol argilo-sableux, en cabernet sauvignon et merlot (42 à 44% chaque) et en cabernet franc. Une petite surface (moins de 3 ha) est plantée en sémillon (52%), sauvignon (47%) et petit verdot (1%).

    Le domaine produit un grand vin en rouge et en blanc, ainsi qu’un second vin, maintenant nommé "Le Clarence de Haut-Brion" ("Bahans Haut-Brion" jusqu’en 2006).

    www.haut-brion.com

  • Issan

    Issan

    De €45.60 - À €354.00
    Coup d'oeil
    Issan

    Issan

    €45.60

    Issan

    Pour décrire son premier vin, le Château d’Issan, Troisième Crus classé dans l'appellation Margaux, utilise le mot authenticité. Regardons comment ils le déclinent.

    Il y a d'abord l'authenticité d'un terroir mythique fait de croupes graveleuses où les 2 cépages du domaine – 65% de cabernet sauvignon et 35% de merlot – acquièrent de belles maturités, notamment grâce à la chaleur que restituent les nombreux cailloux du sol.

    Authenticité aussi dans les gestes et le savoir-faire, avec des vignes en biodynamie non-certifiée, des vendanges manuelles et une vinification parcellaire qui se conclut par des élevages sous chênes merrains, pendant 18 mois.

    Le Château d'Issan est un vin qui résume la finesse et la souplesse d'une appellation dont les vins sont considérés comme les plus féminins du Médoc. Pour cet authentique Margaux, les gardes se comptent ici en décennies.

     

    Château Issan

    Regium mensis aris que deorum. Pour la table des Rois et l'autel des Dieux, telle est la devise du château d'Issan, Troisième Cru classé dans l'appellation Margaux. En effet, ce vin fut servi au mariage d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri Plantagenêt en 1152. On le retrouve aussi à la cour de l'Empereur François-Joseph à Vienne, quelques siècles plus tard. Aujourd'hui, le domaine est entre les mains de la famille Cruse qui le gère avec passion.

    Le vignoble se trouve au cœur de l'appellation, à moins d'un kilomètre du célèbre château Margaux, avec lequel il partage un superbe terroir de graves riches en cailloux, ces derniers jouant un rôle important dans la maturation des raisins. Et des raisins, vous en trouverez 2 sortes au château d'Issan : du cabernet sauvignon en premier lieu, pour 65% des 53 hectares, le reste étant du merlot.

    Les vignes sont cultivées selon les principes de la biodynamie même si la certification n'est pas encore établie. Les vinifications sont pensées pour exprimer toute l'authenticité d'une appellation qui appartient à la légende. Bernard Burtschy a retenu le premier et le second vin du domaine.

    http://www.chateau-issan.com/

  • La Conseillante La Conseillante Coup d'oeil
    La Conseillante

    La Conseillante

    €168.00

    La Conseillante

    La vigne est travaillée de façon manuelle. La vinification est conduite dans des cuves inox avec échangeur thermique, en respectant les spécificités des diverses parcelles (un nouveau chai de 22 cuves est en projet pour encore améliorer cette approche parcellaire). L’élevage est conduit pendant 16 à 18 mois en barriques de chêne (80 à 100% neuves suivant les millésimes). L’assemblage final fait l’objet de choix stricts pour garantir le haut niveau de qualité du 1er vin.

    Le vin avait connu une éclipse jusqu’en 1980 pour donner ensuite une série éblouissante. Puissance, volume, richesse aromatique, harmonie et finesse reviennent dans les commentaires de dégustation année par année et particulièrement, après le merveilleux 2005, en 2008, 2009 et 2010. La longueur en bouche est exceptionnelle. Le potentiel de garde peut atteindre 30 ans ou plus.

    Dans ses meilleures années, le vin se classe tout au sommet de la hiérarchie des Pomerol. Malheureusement son prix, toujours très conséquent, a tendance à suivre.

     

    Château La Conseillante

    L’histoire de La Conseillante, l’un des plus célèbres vins de Pomerol après Petrus , débute au XVIIIe siècle. Catherine Conseillan, marchande de métaux à Libourne, constitue un vignoble de 12 ha entre 1735 et 1776 et fait construire le château que nous connaissons aujourd’hui.  Elle donne son nom au domaine en 1754. Après plusieurs changements de propriétaires, le domaine est acheté en 1871 par Louis Nicolas. Il restera  ensuite et jusqu’à ce jour dans la famille Nicolas.

    Dans les années 1970, Bernard et Francis Nicolas rénovent le cuvier et introduisent des cuves en inox sur les conseils du légendaire professeur et œnologue Emile Peynaud. Depuis 2010, ce sont Bertrand, Jean-Valmy et Henri Nicolas qui, 5 générations après, gèrent  la propriété familiale. La direction est assurée depuis 2004 par Jean-Michel Laporte, ingénieur agronome.

    Magnifiquement situé entre Petrus et Cheval Blanc, le vignoble de 12 ha, sur sol argilo-graveleux avec sous-sol de crasses de fer, est planté de Merlot (80%) et de Cabernet franc (20%). L’âge des vignes est de 40 ans. Avec une structure du vignoble inchangée depuis 1871, La Conseillante a pu maintenir une grande constance de qualité au cours des siècles.

    Depuis 2007, La Conseillante produit un second vin nommé "Duo de Conseillante".

    http://www.la-conseillante.com
  • LAFON-ROCHET

    LAFON-ROCHET

    De €32.40 - À €43.20
    Coup d'oeil
    LAFON-ROCHET

    LAFON-ROCHET

    €32.40

    Lafon-Rochet

    Le grand vin est réalisé à partir des raisins issus des vignes de plus de 35 ans. Les vendanges sont réalisées manuellement à maturité maximum, avec double tri. Après pré-fermentation de 1 à 3 jours, la fermentation alcoolique est réalisée en cuves inox thermorégulées puis la fermentation malolactique conduite en barriques durant 2 à 3 mois. Après sélection des cuvées et  assemblage, l’élevage s’effectue en barriques (50 à 60% neuves) pendant 16 à 20 mois.

    Le vin possède la riche structure tannique des Saint-Estèphe qui lui confère un grand potentiel de garde mais nécessite pour l’apprécier de longues années d’attente dans la plupart des millésimes. A maturité, il associe de façon très agréable douceur charnue et solide charpente. Stimulé par la présence de ses très prestigieux voisins, disposant d’un terroir de grande valeur et des meilleurs  moyens techniques, Lafon-Rochet peut nourrir de grandes ambitions. Dès à présent, il attire les amateurs par sa grande régularité et son excellent rapport qualité/prix dans les grandes années.

     

    Château Lafon-Rochet

    Le domaine nait fin XVIIème début du XVIIIe lorsqu’Etienne de Lafon, parlementaire girondin, acquiert par mariage des terres situées au lieu-dit "La Rochette" à Saint Estèphe, terres qu’il fait planter de vignes. Le domaine restera dans la famille Lafon jusqu’en 1880. Déjà fort prisé à la fin du XVIIIe siècle, époque à laquelle il adopta le nom de Lafon-Rochet, le vin sera classé 4ème Grand Cru en 1855.

    Après avoir changé de mains 4 fois, le domaine est acquis en 1961 par Guy Tesseron, producteur de Cognac et époux de Nicole Cruse. Celui-ci replante et restructure la vigne et, la demeure ayant brûlée, la fait reconstruire sous la forme d'une chartreuse de style XVIIIème. En 1999, ses enfants, Michel Tesseron et Caroline Poniatowska reprennent la propriété. Cuviers et chai à barrique sont rénovés en 2000. En 2007, Basile Tesseron, fils de Michel, rejoint la direction du domaine.

    Situé au sud-ouest de l’appellation, mitoyen de Lafitte et Cos d’Estournel, le vignoble de 45 ha et d’un seul tenant s’étend sur une croupe présentant une grande variété de sols à dominante Graves sur sous-sol argilo-calcaire. On a pu les classer en 15 types, chaque type accueillant les cépages les plus adaptés. L’encépagement moyen est composé de Cabernet-sauvignon (55%), Merlot (40%) avec en complément Cabernet franc et Petit verdot. L’âge moyen des vignes est de 30 ans et la densité de plantation moyenne de 9.000 pieds/ha. Ces dernières années, une importance croissante a été portée à la viticulture : les insecticides sont bannis, un enherbement est pratiqué et les techniques mises au service de la qualité en maîtrisant les rendements. Le domaine produit un second vin "Les Pélerins de Lafon-Rochet".

    www.lafon-rochet.com
  • Latour

    Latour

    €1,200.00
    Coup d'oeil
    Latour

    Latour

    €1,200.00

    Latour

    Ce vin, l'un des plus recherchés et des plus réputés dans le monde à l'heure actuelle, est produit à partir des meilleures vignes de l'Enclos, l'incomparable terroir historique autour du château Latour. En ce lieu qui domine l'estuaire de la Gironde d'une quinzaine de mètres, le sol est composé des célèbres croupes graveleuses des grandes appellations du Médoc, et le sous-sol est argileux en profondeur.

    Jusqu'à 4 cépages peuvent entrer dans la composition de ce fleuron de Pauillac, avec toujours une domination très forte de 90% de cabernet sauvignon, auxquels s'ajoutent 10% de merlot et, selon les millésimes, des traces de cabernet franc et de petit verdot.

    Les vendanges sont manuelles et la vinification, parcellaire et extractive, se déroule dans des cuves inox avant un élevage dans des barriques neuves en chêne des forêts de l'Allier et de la Nièvre.

    Ainsi voit le jour un grand vin, si riche que l'on pourrait disserter des heures durant sur ses innombrables qualités. Cependant, trois mots reviennent souvent pour le résumer : profondeur, élégance et concentration. Les gardes se comptent en décennie, et ce n'est pas la sélection de L'Avis du Vin qui le contredira, avec 1960 comme année la plus éloignée, et de nombreux millésimes dont les 1993, 2000, 2003 et 2009 que s'arrachent les spécialistes.

     

    Château Latour

    Le château Latour est un des noms les plus prestigieux dans le monde du vin, un des ambassadeurs de l'art de vivre à la française. Depuis 1855, il est classé Premier Grand Cru, distinction accordée à 5 domaines médocains uniquement. Le vignoble compte 65 hectares donc les 47 de l'Enclos, les vignes historiques sises autour du château qui servent à élaborer le grand vin qui déchaîne les passions et les enchères depuis des décennies.

    Le terroir est l'essence même du Médoc : croupes graveleuses bien drainées et qui permettent aux vignes de voir la Rivière, c'est à dire l'estuaire de la Gironde, ce qui est, selon la tradition, une condition sine qua non pour produire de beaux vins.

    Pauillac oblige, c'est le cabernet sauvignon qui est à l'honneur, avec un peu de merlot et des traces de cabernet franc et de petit verdot.

    En ce lieu où l'on produit du vin depuis au moins le 16ème siècle et que Francois Pinault a acquis en 1993 pour lui donner un nouveau souffle, les gestes retiennent le meilleur de la tradition et de la modernité avec, par exemple, la très innovante confusion sexuelle pour lutter contre les insectes et de l'autre, une clarification finale au blanc d'oeuf comme cela se fait depuis des siècles.

    On notera la présence de Jacques et Eric Boissenot, le père et le fils, pour conseiller le château lors des assemblages. A noter également que la tour qui donne son nom au château et qui orne les étiquettes a été érigée en 1331.

    www.chateau-latour.com
  • Léoville Poyferré

    Léoville Poyferré

    De €71.40 - À €321.60
    Coup d'oeil
    Léoville Poyferré

    Léoville Poyferré

    €71.40

    Léoville Poyferré



    Le château Léoville Poyferré, Second Cru de Saint-Julien classé en 1855, élabore son premier vin à partir de 80 hectares de graves composées de galets et de graviers cimentés par des sables argileux. Les vignes, profondément enracinées pour puiser les riches intimes du terroir, se partagent entre 4 cépages pour un assemblage final dominé par le cabernet sauvignon avec ensuite environ un quart de merlot, 5 à 10 % de petit verdot et des traces de cabernet franc.

    Les vendanges sont manuelles et triées deux fois avant une vinification qui commence dans les 35 cuves inox et se termine par un élevage de 18 à 20 mois en barriques totalement neuves.

    Vous trouverez dans ce premier vin du Château Léoville Poyferré de la finesse, de l'équilibre, une complexité élégante, un beau boisé, une texture veloutée ainsi qu'une très bonne aptitude à la garde. Si le 2009 est très bien noté et mérite tous les éloges, les années qui suivent sont également dignes d’intérêt. Notamment le 2010, ample, moelleux et épicé.




    Château Léoville Poyferré

     



    Il y avait, au début du 19ème siècle, l'immense domaine de Léoville, crée par Alexandre de Gascq qui voulait en faire une exploitation modèle. Avec ses 120 hectares, c'était le plus vaste vignoble du Médoc. Le château Léoville Poyferré en est issu. Il voit le jour suite au mariage, en 1840, de la fille du marquis de Las Cases avec le baron Jean-Marie de Poyferré de Cère. 15 ans plus tard, le domaine est classé Second Cru pour la qualité de son terroir.

    En 1920, la famille Cuvelier, originaire du nord de la France et déjà active depuis plusieurs décennies dans le vignoble bordelais, prend le contrôle du domaine par le biais de la société civile des domaines de Saint-Julien. C'est aujourd'hui Didier Cuvelier qui est aux commandes.

    Avec les conseils de Michel Rolland, le célèbre consultant globe-trotter, et aidé par une équipe renouvelée et dynamique qui compte notamment l'oenologue Isabelle Davin, Didier Cuvelier a métamorphosé son domaine ces dernières années. Etude intime et profonde des sols, restructuration et replantation de nombreuses parcelles, rénovation du chai, tout a été repensé pour produire des vins à la hauteur de la réputation du domaine.

    www.leoville-poyferre.fr

  • Monbrison

    Monbrison

    De €25.20 - À €168.00
    Coup d'oeil
    Monbrison

    Monbrison

    €25.20

    Monbrison

    Les vendanges sont manuelles en cagettes avec double tri. La vinification est conduite en cuves thermorégulées de façon traditionnelle. Le vin est élevé de 14 à 20 mois en barriques de chêne (40 à 60% neuves, le reste d’un vin). Le vin, à la fois généreux, élégant et puissant, est typique du terroir de Margaux. Il est remarquable par son expression aromatique d’une très grande finesse et sa structure tannique complexe et bien intégrée.

    Dans les années 80 puis à nouveau depuis une dizaine d’années, le vin est d’une grande régularité et se place parmi les tous meilleurs représentants non classés de l’appellation. La production annuelle est d’environ 80.000 bouteilles. La commercialisation se fait entièrement par le négoce.

     

    Château Monbrison

    Le domaine nait en 1749 lorsqu’une métairie du Château d’Arsac est cédée à M. de Copmartin, Conseiller du Roi à Bordeaux. Ses héritiers le vendent en 1818 à Paul Georges Conqueré de Monbrison qui agrandit le vignoble et donne son nom au château. Se suivent ensuite Isodore Feuillebois, notaire à Margaux, Gustave Chaix d’Est Ange, qui sera propriétaire de Lascombes, puis la famille Lavendier, qui possède également La Gurgue et gère Monbrison et La Gurgue comme une seule entité. En 1922, les héritiers Lavendier vendent Monbrison à un américain, Robert M. Davis qui avait épousé Kathleen Johnston, fille du célèbre Nathaniel Johnston, propriétaire à l’époque de Dauzac et Ducru-Beaucaillou. Le jeune couple ajoute à Monbrison une importante parcelle voisine dite "Cordet", partie de la dot de Kathleen. 

    Crise économique et guerre conduisent à la disparition totale du vignoble qui ne renait que dans les années 60 par Elizabeth, fille de Robert et Kathleen, et son époux Christian Vonderheyden. Leur fils, Jean-Luc prend en charge la vinification à partir de 1976 et fait construire un nouveau chai en 1978. Talentueux, il établit la réputation du vin dans les années 80. Disparu tragiquement en 1992, c’est son jeune frère Laurent Vonderheyden qui prend la succession et assure depuis la direction du domaine qui est classé Cru Bourgeois Supérieur en 2003.

    Situé au sud de Margaux à proximité d’Arsac, le vignoble de 21 ha d’un seul tenant s’étend sur des sols de fines graves. L’encépagement est constitué de Cabernet Sauvignon (50%), Merlot (30%), Cabernet Franc (15%) et Petit Verdot (5%). L’âge moyen du vignoble, replanté en 1963, est de 40 ans. La densité de plantation varie de 6.500 à 10.000 pieds/ha. La culture suit les principes de la lutte raisonnée.

    http://www.chateaumonbrison.com/

  • Montrose

    Montrose

    De €84.00 - À €169.90
    Coup d'oeil
    Montrose

    Montrose

    €84.00

    Montrose

    Les vendanges sont manuelles et conduites à maturité phénolique optimale. Le vin est vinifié en cuves inox thermorégulées dans un cuvier remis à neuf en 2000. L’élevage de durée moyenne 18 mois s’effectue en barriques de chêne français de plusieurs provenances (60% neuves, le reste en barriques d’un vin) avec soutirages tous les 3 mois. Le collage est effectué au blanc d’œuf frais.

    Le vin s’est presque toujours montré régulier dans l’excellence et s’est souvent situé au niveau des premiers crus. Il est à la fois dense, puissant, complexe et agrémenté d’une riche palette aromatique de fruits mûrs et d’épices. Avant tout Bordeaux classique, c’est un modèle d’équilibre et de finesse. Le cabernet sauvignon, très adapté ici au terroir, lui confère une riche et délicate structure tannique qui autorise une garde de plusieurs dizaines d’années, permettant ainsi de développer un exceptionnel bouquet pour l’heureux amateur qui aura pu l’attendre.

    L’arrivée de Jean-Bernard Delmas ne peut être que de bon augure pour le futur de ce très grand cru de Saint-Estèphe. La production annuelle moyenne est de l’ordre de 250.000 bouteilles. La commercialisation est entièrement faite par le négoce.

     

    Château Montrose

    C’est à cette époque que le château prend son nom actuel par référence aux couleurs de la colline au moment de la floraison. Succès rapide et remarquable, l’excellence du vin lui vaut d’être classé 2ème Grand Cru en 1855 ! Les enfants Dumoulin se séparent du domaine en 1861 au profit de Mathieu Dollfus qui consolide les efforts passés et y construit un véritable petit village modèle entièrement  tourné vers la production du vin. Les dégâts causés par le phylloxéra conduisent à de nouveaux changements.

    Le vignoble de 95 ha d’un seul tenant s’étend sur une colline de graves profondes sur sous-sol argilo-marneux et va jusqu’à la Gironde qui lui apporte un microclimat tempéré très favorable à la culture. Sur ce terroir bien orienté de grosses graves,  la maturation est à la fois précoce et de qualité.

    L’encépagement est constitué de Cabernet Sauvignon(65%), Merlot (30%), Cabernet franc (4%) et Petit verdot (1%). L’âge moyen des vignes est de 37 ans et la densité de plantation moyenne de 9.000 pieds/ha. La plus grande importance est attachée par Jean-Bernard Delmas à la vigne et à l’ensemble des travaux nécessaires pour produire un vin de qualité : travail du sol, replantage, densité des plants, éclaircissage et vendanges en vert.

    Outre le grand vin, le domaine produit à partir du millésime 1986 un second vin plus souple et de très grande qualité "La Dame de Montrose" pour environ 1/3 du volume total.

    www.chateau-montrose.com
  • Mouton Rothschild

    Mouton Rothschild

    De €480.00 - À €960.00
    Coup d'oeil
    Mouton Rothschild

    Mouton Rothschild

    €480.00

    Mouton Rothschild

    Les vendanges sont manuelles en cagettes. Les vinifications sont effectuées dans des cuves en chêne de 225hl, avec une durée totale de cuvaison de 20 à 25 jours. Un tout nouveau cuvier comportant un ensemble ultramoderne de 65 cuves inox et bois a été mis en service en 2012. L’assemblage fait appel à des proportions variables suivant les millésimes, avec une forte majorité de Cabernet sauvignon (75 à 95%), complété par le Merlot (en général 10 à 15%) et le Cabernet franc (moins de 10%). L’élevage de 19 à 22 mois est conduit en barriques de chêne minutieusement sélectionnées (100% neuves ou un peu moins suivant les millésimes).

    Après quelques millésimes irréguliers dans les années 1970 et 80, le vin se situe de façon constante au plus haut niveau des vins bordelais. Profond et opulent, magnifiquement élégant et harmonieux,  il témoigne de la richesse de son terroir et de la grande précision du travail accompli à la vigne et au chai par les équipes techniques sous la direction de Patrick Léon puis, à partir de 2004, de Philippe Dalhuin.

     

    Château Mouton Rothschild

    Le Baron Philippe étend le domaine et achète le château d’Armailhac voisin en 1933. A partir de 1945, il transforme l’étiquette de Mouton en œuvre d’art en faisant chaque année dessiner une étiquette par un artiste renommé. Il crée sur place en 1962, avec son épouse Pauline, le "Musée du Vin dans l’Art". Enfin, fait exceptionnel, il obtient le juste reclassement du vin comme premier cru en 1973 transformant la devise de Mouton "Premier ne puis, second ne daigne, Mouton suis" en "Premier je suis, second je fus, Mouton ne change". Suite au décès du Baron Philippe en 1988, sa fille, la Baronne Philippine, et ses enfants sont en charge du domaine. D’importants travaux sont en cours en 2011 pour reconstruire les chais. La direction générale et technique est assurée depuis 2004 par Philippe Dhalluin qui bénéficie des conseils de Jacques et Eric Boissenot, les célèbres œnologues du Médoc.

    Situé au Poulayet, à la sortie nord-ouest de Pauillac, et mitoyen de Lafite, le vignoble de 84 ha, magnifiquement exposé sur le flanc d’une petite colline de 40m, s’étend sur des sols de graves profondes sur sous-sol de calcaire. L’encépagement est constitué de Cabernet Sauvignon (83%), Merlot (14%) et Cabernet franc (3%). L’âge moyen des vignes est élevé (44 ans) comme la densité de plantation (10.000 pieds/ha). Les cultures sont conduites de façon traditionnelle et menées avec le plus grand soin avec une surveillance constante.

    Le domaine produit depuis 1993 un second vin "Le Petit Mouton de Mouton-Rothschild" ainsi que, depuis les années 80 et en petite quantité, un vin blanc en appellation Bordeaux "Aile d’argent".

    www.chateau-mouton-rothschild.com
  • Pagodes de Cos

    Pagodes de Cos

    De €38.10 - À €300.00
    Coup d'oeil
    Pagodes de Cos

    Pagodes de Cos

    €38.10

    Les Pagodes de Cos

    Les Pagodes de Cos sont, stricto sensu, le «Deuxième Vin» de Cos d’Estournel. Les vignes qui le produisent donneront dans quelques années le « Grand Vin » du Grand Cru Classé de 1855. Elles appartiennent au même terroir et reçoivent les mêmes soins.

    Elles sont simplement plus jeunes et leurs racines s’enfoncent moins profondément dans le sol de graves. Puissant, très aromatique, long en bouche, avec une finale très persistante, « Les Pagodes de Cos » est un vin de raffinement et de plaisir, à déguster dans les dix ans qui suivent sa mise en bouteilles au château.

     

    Château Cos d’Estournel 

    Le vignoble de Cos s’étend aujourd’hui sur 91 hectares. Sur les graves maigres des sommets et sur les versants sud, les Cabernet Sauvignon (60% du vignoble) trouvent leurs sols d’élection. Sur les pentes est et sur les côtes où le socle calcaire de Saint-Estèphe affleure, les Merlots (40% du vignoble) excellent. Le pourcentage de Cabernet ou de Merlot dans chaque millésime varie bien sûr selon le climat de l’année qui favorise tour à tour l’un ou l’autre.

    Les vendanges sont manuelles. La vinification, très technique, bénéficie des moyens les plus avancés des installations de Michel Reybier à Saint-Estèphe. Après un tri exigeant et pré-macération à froid, la fermentation est conduite de façon parcellaire dans de petites cuves inox tronconiques à double paroi. L’élevage de 12 à 14 mois est conduit sur lies en barriques de chêne (50% neuves).

    Séduisant, le vin est gourmand et fruité tout en faisant preuve de profondeur et d’élégance. Très bien accueilli par la critique, l’avenir dira si ses qualités certaines lui permettent de s’imposer malgré son prix relativement élevé.

    http://estournel.com/cos

  • Palmer

    Palmer

    €330.00
    Coup d'oeil
    Palmer

    Palmer

    €330.00

    Palmer 

    Un grand cru est affaire d'origine dans le temps comme dans l'espace. Le style de Château Palmer, ancré dans l'histoire et dédié à l'expression de son terroir, dépasse modes et tendances. Pour éprouver son intemporalité pas de meilleur moyen que de le déguster. Encore. Encore.  La finesse et l'élégance sont des traits permanents de l'identité de Château Palmer, à l'instar des plus grands Margaux : douceur et préciosité de la soie, chaleur du velours, noblesse du cuir. Expression d'un encépagement original où le merlot, aussi important que le cabernet sauvignon, est complété par du petit verdot, Château Palmer révèle un bouquet d'une extraordinaire complexité où se mêlent les fruits, les fleurs, les épices, enveloppés dans une structure charnue et généreuse.

    Ce subtil équilibre entre richesse aromatique et puissance des tannins, toujours retenue, en fait un vin au charme incomparable dès son plus jeune âge. Sa persistance laisse un souvenir entêtant de sensations et d'émotions mêlées.  Un élevage long en barrique est essentiel pour exprimer au mieux le terroir de graves, et permettre au vin de Château Palmer de révéler tout son volume et sa chair. Cette évolution se poursuit très lentement en bouteille pendant de nombreuses années et même plusieurs décennies. La patience est récompensée lorsqu'on rencontre un millésime ancien : il exhale une finale aromatique particulièrement riche, complexe, parfois exotique, toujours inoubliable.

     

    Château Palmer

    Le général voit grand et fait pratiquement tripler la taille du vignoble. En 1843, de graves difficultés financières le contraignent à se séparer du domaine maintenant connu sous son nom depuis les années 1830. Les frères Isaac et Emile Peireire, banquiers influents, rachètent Palmer en 1853, peu avant son classement comme 3ème cru en 1855. Ils lui donnent un élan décisif en le confiant à des mains expertes tout en permettant une nouvelle croissance du vignoble. Ce sont eux qui font construire le château emblématique que nous connaissons aujourd’hui.

    Guerres, maladies de la vigne et crise économique conduiront les héritiers à céder à leur tour la propriété qui est acquise en 1938 par un groupe de 4 grandes familles internationales de négociants bordelais, les Ginestet, Mihailhe, Mähler-Besse et Sichel. Ce sont aujourd’hui ces deux dernières familles qui sont propriétaires, la gérance étant confiée depuis 2004 à Thomas Duroux, ingénieur agronome et œnologue.

    Le vignoble de 55 ha s’étend, à quelques kilomètres au sud-est de Margaux, sur un plateau de graves garonnaises profondes. L’encépagement est constitué de Merlot (47%), Cabernet Sauvignon (47%) et Petit Verdot (6%). L’âge moyen des vignes est de 38 ans et la densité de plantation de 10.000 pieds/ha. Une attention particulière est portée aux soins de la vigne : après les importants apports de l’œnologie, Thomas Duroux souhaite maintenant faire bénéficier pleinement Palmer des progrès de l’agronomie la plus moderne.

    www.chateau-palmer.com

  • Pavie Macquin

    Pavie Macquin

    €114.00
    Coup d'oeil
    Pavie Macquin

    Pavie Macquin

    €114.00

    Pavie Macquin

    Le premier vin de Pavie-Macquin est produit à partir de 3 cépages occupant 15 hectares de sols complexes où dominent argiles et calcaires, sur le fameux substrat rocheux de calcaire à astéries de Saint-Émilion. Le premier des cépages est le merlot, seigneur de l'appellation, avec 80% de la cuvée. Viennent ensuite le cabernet franc et le cabernet sauvignon, pour respectivement 18 et 2%.

    Les vignes auront 40 ans dans la décennie et sont vendangées à la main avant une vinification très extractive en cuves ciment et surtout bois, où les jus circulent par gravité. L'élevage dure de 16 à 20 mois et se déroule en barriques de chêne neuves à 80%.

    Ce Saint-Émilion Grand Cru, dont la force a été bien canalisée à travers des rendements maîtrisés et un élevage réussi, fait dire à ses créateurs qu'il a fallu en dompter la puissance pour la rendre à la grâce et retrouver ainsi la puissance de la grâce.

     

    Château Pavie Macquin

    Le château Pavie-Macquin doit la première partie de son nom à la Côte de Pavie, au cœur de l'appellation Saint-Émilion. La seconde partie est un hommage à Albert Macquin à qui l'on doit l'usage du plant greffé qui sauva le vignoble du phylloxera. Les propriétaires actuels sont ses petits enfants, Benoit et Bruno Corre ainsi que Marie et Jacques Charpentier, tous animés du même souci de continuer l'œuvre de leur ancêtre.

    Ils ont confié la gérance du domaine à Nicolas Thienpont, un faiseur de vin de la Rive Droite qui officie dans de nombreux domaines comme les châteaux Puygueraud, La Prade ou encore Larcis-Ducasse.

    Les 15 hectares de vignes se situent au cœur de l'appellation, non loin de Pavie et de Trottevieille, sur 9 sols différents où règnent argiles et calcaire, avec un merlot dominant et les deux cabernets pour compléter.

    Dans les vignes – cultivées en biodynamie – comme au chai, l'équipe du domaine se veut non pas créatrice d'un vin mais accoucheuse d'un terroir. Nicolas Thienpont parle d'une véritable maïeutique du vin. Il faut croire que les naissances y sont belles car le domaine a été placé dans les Premiers Grands Crus Classés en 2006.

    www.pavie-macquin.com
  • Petit Cheval

    Petit Cheval

    De €162.00 - À €216.00
    Coup d'oeil
    Petit Cheval

    Petit Cheval

    €162.00

    Petit Cheval

    Né en 1988, le Petit Cheval est le second vin du Château Cheval Blanc, qui se porte à merveille à l'approche de son 25ème anniversaire. Excellente introduction à son aîné, le Petit Cheval reste le fruit de tout le savoir-faire d'un nom mythique, car entrent dans la composition de ce second vin les lots qui n'ont pas été retenus pour le premier mais qui incarnent quand même l'esprit du domaine.

    Le terroir est donc le même, magnifique, avec une mosaïque d'argiles, de sables et de graves pour des sols pauvres où se plaisent cabernet franc et merlot, dont les proportions varient selon les années, en oscillant autour de l'équilibre.

    Le Petit Cheval est un Saint-Émilion Grand Cru élégant, fin et somptueusement réalisé qui vous permettra d'approcher les mystères de ce Grand Cru classé A. Il est à boire sur le fruit autant qu'à conserver de longues années.

     

    Château Cheval Blanc

    Le château Cheval Blanc trône au sommet de l'appellation Saint-Émilion depuis le 16 juin 1955 et son classement en Premier Grand Cru classé A. Une anecdote pour prendre la mesure de ce nom ? En novembre 2010, une vente chez Sotheby's a vu partir pour près de 230 000 euros un mathusalem de 1947, année parmi les plus somptueuses. Depuis 1998, le domaine est la propriété conjointe du belge Albert Frère et du français Bernard Arnault, à la tête du groupe LVMH, avec comme administrateur Pierre Lurton, également à la tête du château d'Yquem. Excusez du peu !

    Pour avoir un aperçu de l'excellence de ce nom, penchons-nous sur les vignes du château. Elles couvrent 39 hectares et nécessitent 4 fois plus de monde qu'au chai, avec un parcellaire inchangé ou presque depuis 1871, deux stations météos pour suivre l'évolution de chaque millésime et un lent remplacement des pieds, au rythme d'un hectare tous les 3 ans, après un repos du sol.

    Le chai ? Plutôt que de décrire ce qui s'y passe, parlons du nouveau bâtiment, dessiné par le célèbre architecte Christian de Portzamparc, et qui se fond admirablement dans le paysage de Saint-Émilion, vignoble classé au patrimoine mondial de l'Unesco, tout en le rehaussant de son élégance et de ses courbes. Vous l'aurez compris, tout ici parle en faveur de l'excellence...

    http://www.chateau-cheval-blanc.com

  • Pontet-Canet

    Pontet-Canet

    De €96.00 - À €450.00
    Coup d'oeil
    Pontet-Canet

    Pontet-Canet

    €96.00

    Pontet-Canet

    Rubis profond, pourpre, parfois noir, le vin de Pontet-Canet développe un nez caractéristique où se mélangent les fruits noirs, le cassis surtout, la réglisse, le pruneau, des notes de figues, de cèdre et parfois de cacao.

    À la dégustation, le vin allie puissance et élégance, densité et amplitude. D’un caractère musclé, il impose une idée sereine du classicisme avec cette structure tannique qui laisse transparaître une longue et paisible garde.

     

    Château Pontet-Canet

    Château Pontet-Canet est un Grand Cru Classé en 1855 dont l’histoire remonte au début du 18ème siècle. Pourtant, dans cette longue période, seulement 3 familles se sont succédées.  Depuis les 10 dernières années, c’est Alfred Tesseron qui à l’honneur et la charge de le diriger, assisté par Jean-Michel Comme, le Régisseur et par sa nièce, Mélanie Tesseron depuis 2005. Il est une sorte de chef d’orchestre qui doit mettre en valeur l’œuvre tout en lui restant fidèle.

    Pour transmettre aux générations futures ce terroir magnifié par les hommes, le vignoble est maintenant cultivé comme un jardin, sans aucun ajout de pesticide et en respectant les rythmes de la vie et les hommes qui y travaillent. Tels des enfants que l’on protège, les pieds de vigne connaissent un environnement d’harmonie dans lequel ils peuvent au mieux exprimer les subtilités de chaque terroir. Le vin produit, révèle donc toutes les nuances de la nature avec précision, pureté et vérité.

    www.pontet-canet.com
  • Saint-Pierre

    Saint-Pierre

    De €45.60 - À €122.40
    Coup d'oeil
    Saint-Pierre

    Saint-Pierre

    €45.60

    Saint-Pierre

    La vinification du Château Saint-Pierre est réalisée dans les chais du Château Gloria et par la même équipe technique conduite par Rémi di Constanzo. Comme Gloria, elle bénéficie des améliorations successives des équipements réalisées depuis les années 80. L’élevage de 14 mois environ se fait à 50% en barriques neuves.

    Une sélection sévère est réalisée au chai et seulement 60% environ du volume est utilisé, le reste étant vendu au négoce. Cette sélection traduit la volonté exprimée par Jean-Louis Triaud de maintenir scrupuleusement le vin à un niveau digne des meilleurs crus classés. C’est l’avis des dégustateurs qui placent souvent et régulièrement Saint-Pierre au même niveau que la plupart de ses illustres voisins.

    La dégustation révèle un Saint-Julien classique et particulièrement puissant. La robe est très sombre, presque noire, le nez intense avec des notes de fruits noirs. En bouche, on est frappé par la densité et le charnu. La structure tannique est fine et élégante.

    Propriété de taille modeste et moins connue que ses prestigieux voisins, Saint-Pierre offre la plupart des années un excellent rapport qualité/prix. La production annuelle est d’environ 60 000 bouteilles.

     

    Château Saint-Pierre

    L’existence d’une propriété viticole sur le site du Château Saint-Pierre est attestée en 1693 mais c’est au XVIIIème siècle qu’il devint la propriété du Baron de Saint-Pierre qui lui donne alors son nom. Il est classé en 1855 (4ème grand cru) comme la plupart des domaines de Saint-Julien (onze crus classés au total). Scindé en deux par héritage, il ne retrouva son unité que dans les années 1920 aux mains d’un négociant anversois, M. Van Den Busche.

    En 1982, Henri Martin, fondateur et propriétaire du Château Gloria, fait l’acquisition de Saint-Julien. Comme Gloria, il appartient maintenant à sa fille Françoise Triaud, et son époux Jean-Louis Triaud, assure la Direction Générale. Les 17 ha de la propriété, la plus petite de Saint-Julien, bénéficient des magnifiques sols de l’appellation, graves garonnaises sur sous-sol de graves et sables, particulièrement propices à la culture de la vigne. Ils sont plantés en Cabernet Sauvignon (75%), Merlot (15%) et Cabernet Franc (10%). L’âge moyen est de 50 ans.

    http://www.domaines-henri-martin.com

  • Talbot

    Talbot

    De €57.60 - À €115.20
    Coup d'oeil
    Talbot

    Talbot

    €57.60

    Talbot

    Il est indéniable que Talbot est l’un des crus les plus célèbres du Médoc. Cette belle notoriété est sans doute due à une  mystérieuse combinaison de plusieurs facteurs : la taille de son vignoble, près de cent hectares, la régularité de son vin, depuis près d’un siècle dans la même famille, le nom de Talbot court et percutant, facile à prononcer dans toutes les langues et qui fait partie de notre histoire… Mais ce qui fait d’abord la popularité de Talbot, c’est la merveilleuse nature de son vin.

    Talbot est un champion de la longévité, ce qui ne l’empêche  pas même dans sa toute première jeunesse d’être aimable et rond, toujours marqué par des tanins soyeux et suaves, très civilisés. Talbot, a une nature extravertie, il n’est jamais replié sur  lui même, et  a la courtoisie d’être tous les jours de bonne humeur. C’est un vin  racé, avec ses notes complexes de havane et de réglisse, délicieusement classique sans jamais la moindre austérité.

     

    Château Talbot

    Grand Cru Classé Saint-Julien (Médoc), le château Talbot s'étend sur 107 hectares de vignes en culture au sein de la commune de Saint-Julien, appellation hors du commun puisqu'elle ne comporte pas moins de 11 crus classés.

    Situé de façon idéale en bordure de l'estuaire de la Gironde sur des croupes de graves alluvionnaires charriées du Massif Central par la Dordogne et des Pyrénées par la Garonne, le terroir du Château Talbot est exceptionnel.

    http://chateau-talbot.com/tablet/index.php

  • Troplong Mondot

    Troplong Mondot

    De €80.00 - À €150.00
    Coup d'oeil
    Troplong Mondot

    Troplong Mondot

    €80.00

    Troplong Mondot

    Les 33 hectares de vignes du château Troplong Mondot, un Grand Cru de Saint-Émilion classé B, sont presque une anomalie dans une appellation où la taille moyenne est inférieure à 10 hectares. Elles se trouvent sur la butte de Mondot qui culmine à 100 mètres, sur le plateau calcaire qui entoure le village ainsi que sur le coteau abrupt qui va jusqu'à la côte de Pavie. En un mot, des terroirs d'exceptions, aussi bien exposés que drainés.

    Dans ces sols, vous trouverez des silex, du calcaire, de l'argile, toutes choses qu'apprécient les 3 cépages de cette cuvée, le merlot, le cabernet franc et cabernet sauvignon, le premier comptant pour 90% et les deux autres pour 5% chacun.

    Après une récolte manuelle triée avec soin, la vinification a lieu en cuves inox thermorégulées avant un élevage en barriques neuves aux 3 quarts pour une durée de 12 à 24 mois selon la structure du millésime.

    Puissant, structuré, pourvu de tanins amples et complexes, avec un nez sur la truffe et les mûres, le premier vin du château Troplong Mondot est une des plus belles réalisations de Saint-Émilion. Bernard Burtschy souligne également son bon potentiel de garde et sa constance au fil des années, en détaillant pour vous tous les millésimes depuis 2006.

     

    Château Troplong Mondot

    Avec ses trente-trois hectares d’un seul tenant, le château Troplong Mondot est, dans une région où les propriétés n’excèdent guère dix hectares, un grand domaine. Culminant à 106 mètres de hauteur, exposé aux 4 points cardinaux, son vignoble couvre au sud-ouest le plateau dominant le village et, au Sud, la côte abrupte jusqu’aux limites de la côte Pavie. Il bénéficie donc d’une exposition idéale et de conditions de drainage naturel parfaites.

    Les vignes, dont l’âge moyen est de trente ans, s’épanouissent sur un sol argilo-calcaire, auquel se mêlent des fragments sédimentaires de silex et de calcaire. C’est dans cette union même que réside une partie du secret de la complexité et de la qualité de notre terroir. L’encépagement est typique de cette région du Bordelais et allie les plus fins cépages. Le merlot, cépage-roi de l’appellation, est largement dominant et confère au vin sa puissante charpente, sa souplesse et sa rondeur, le cabernet franc apporte la finesse et l’élégance, le cabernet sauvignon le caractère et la longévité. 

    http://www.chateau-troplong-mondot.com

  • Yquem

    Yquem

    De €114.00 - À €3,480.00
    Coup d'oeil
    Yquem

    Yquem

    €114.00

    Yquem

    Robe or brillant. Nez intense de fruits mûrs (mirabelle, abricot, notes exotiques de mangue) et de fruits très secs (figue, raisins secs, coing) auxquels succèdent des notes de fruits blancs. Le nez évolue ensuite vers des notes plus épicées. En bouche, l'attaque est somptueuse, d'un volume et d'une amplitude rares. La suavité et la structure tellement pleine de ce vin vous emportent vers un plaisir gustatif intense, où tout est harmonie, opulence et raffinement, simultanément.

     

    Château d'Yquem

    Le château d'Yquem est un des vins qui participent au rayonnement de la France à travers le monde. Commençons par son terroir. Par delà la diversité des 104 hectares cultivés, on trouve principalement des croupes graveleuses sur un substrat argileux, les premières favorisant la chaleur et le second étant riche en eau.

    Puis il y a les 2 cépages : le sémillon, qui domine, pour sa richesse et son volume, le sauvignon pour sa finesse et ses arômes.

    Vient ensuite le Botrytis Cinerea, champignon qui rôtit et concentre les raisins en sucre et en arômes. Son action est favorisée par les brouillards matinaux qui, à l'automne, s'abattent sur le sauternais depuis le Ciron et la Garonne.

    C'est alors le temps des vendanges qui se font en plusieurs passages, grains par grains, pour ne garder que les plus beaux et les mieux pourris. Au chai, les gestes sont précis et savants, avec un pressurage en douceur, des barriques neuves et un élevage particulièrement long, plus de quarante mois.

    Le résultat, un Sauternes éternel et sans égal, qui n'a jamais été mieux résumé qu'avec les mots de Frédéric Dard, l'auteur de San Antonio. Yquem ? disait-il. De la lumière bue...

    www.yquem.fr

Inscrivez - vous